"Ce qui me fait peur, c'est l'avenir de ma famille" : Xavier souffre d'éco-anxiété, la peur du changement climatique

L'homme de 36 ans souffre depuis trois ans d'éco-anxiété qui l'a forcé a quitter son travail pour changer de vie. 

Xavier cultive ses plantes comestibles. 
Xavier cultive ses plantes comestibles.  (FARIDA NOUAR/RADIOFRANCE)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Alors que le G7 de l'environnement se tient jusqu'à lundi 6 mai à Metz pour tenter d'aboutir à de nouveaux engagements environnementaux, certaines personnes vivent difficilement le réchauffement climatique. C'est une souffrance méconnue en France que l'on appelle l'éco-anxiété. 

Trop d'informations anxiogènes sur l'environnement 

À 36 ans, Xavier est parfois irritable, déprimé et anxieux, comme s'il portait tout le poids des catastrophes environnementales sur ses épaules. Petit à petit, il s'est laissé envahir par une avalanche d'informations. "Tous les jours sur les médias, c'est la fonte des glaces ou l'extinction d'une espèce. C'est aussi des sujets sur l'écologie et juste après on a des publicités pour des 4×4, explique-t-il. Puis après, on va prendre des nouvelles de la bourse et on est malheureux si elle n'est pas en hausse" poursuit-il. Alors que lorsqu'elle monte "c'est plus de forets détruites", selon Xavier. 

Selon lui, "ce qui génère de l'anxiété, c'est cette sorte de dichotomie en permanence entre deux idées où il faudrait qu'on protège la planète et en même temps on reste dans tous ces indicateurs sans lesquels on se sentirait mal s'ils allaient mal". 

"Je ne voyais quasiment plus personne" 

À cause de son éco-anxiété, il y a trois ans cet informaticien n'arrivait plus à se concentrer sur son travail. "Je passais mes journées dans cette bulle à lire et à renforcer l'idée qu'on était dans une situation compliquée pour l'humanité et j'étais incapable de travailler mais aussi de fonctionner socialement. Je ne voyais quasiment plus personne", poursuit Xavier.

Au moment de la naissance de mon deuxième enfant, j'avais d'un côté ce nouveau petit garçon dont j'avais la responsabilité et d'un autre coté j'étais dans cette masse d'information qui me disait que lorsqu'il serait adulte, sa vie serait complètement différente de la nôtre. Xavierà franceinfo

À cette époque-là, Xavier a peur d'être incompris ou jugé par ses collègues. Il dit faire un burn out pour ne pas expliquer d'où vient cette anxiété. En souffrance, il tente de se faire aider, en vain. "J'ai été voir un psy qui m'a dit 'monsieur, tout le monde a peur de la mort', mais ça n'a rien à voir. J'ai jamais été quelqu'un de déprimé, je ne suis pas suicidaire. Ce qui me fait peur, c'est juste l'avenir de ma famille", dit-il. 

Pour sortir de cette éco-anxiété qui le ronge, Xavier décide de se soigner lui-même et ce n'est pas dans son armoire à pharmacie qu'il trouve le remède. "Aujourd'hui je suis en reconversion professionnelle pour devenir paysan urbain. Je suis en train de faire des fleurs comestibles. Derrière la maison, j'ai converti tout ce qui était pelouse en espace de culture. Ça ne changera pas le monde, mais ça me calme", affirme-t-il. Xavier a aussi décidé de supprimer aussi toutes les applications sur son téléphone pour ne plus recevoir d'alerte. 

Le portrait de Xavier, par Farida Nouar
--'--
--'--