Des températures ressenties jusqu'à 50 °C durant la canicule ? Météo France met en garde contre des prévisions "prématurées"

Des cartes, diffusées par La Chaine Météo et BFMTV, annoncent des températures ressenties apocalyptiques. Des chiffres à prendre avec des pincettes. 

Des enfants jouent dans les jets d\'eau au parc André-Citroën à Paris, le 26 juillet 2018.
Des enfants jouent dans les jets d'eau au parc André-Citroën à Paris, le 26 juillet 2018. (ALAIN JOCARD / AFP)

Une carte rouge écarlate, des chiffres dont la seule lecture suffit à nous faire transpirer à grosses goûtes... A la veille du début d'un épisode de canicule remarquable pour un mois de juin, plusieurs médias, comme BFMTV et La Chaîne Météo, ont annoncé dimanche 23 juin que la France allait connaître par endroits des "températures ressenties" proches des 50 °C. La faute à l'humidité qui va rendre les fortes chaleurs encore plus inconfortables.

Mais pour Sébastien Léas, prévisionniste à Météo France, ces chiffres et ces cartes sont à prendre avec des pincettes. Il rappelle d'abord que le concept de "température ressentie" est plutôt utilisé en hiver en raison du vent, qui peut faire baisser de quelques degrés la perception de la température.

"Des doutes" sur le niveau des températures

L'indice humidex, utilisé par ces médias, sert bien à mesurer les effets combinés de l'humidité et de la chaleur. "Un indice humidex de 40 signifie que, lorsque la température est de 30 °C et l'air humide, les conditions ressenties sont plus ou moins les mêmes que lorsque la température est de 40 °C et l'air sec", explique sur son site l'organisme météorologique canadien, à l'origine de cet indice. "A chaleur équivalente, une chaleur humide est plus inconfortable. Mais il ne faut pas utiliser l'humidex en degré, il n'a pas d'unité", nuance Sébastien Léas.

Surtout, les prévisionnistes de Météo France ont "déjà des doutes et des incertitudes sur le niveau des températures de la semaine". "Si on n'a pas de certitude sur les températures, vous imaginez bien que nous n'en avons encore moins sur l'indice humidex", résume Sébastien Léas. Selon lui, il y aura sans doute des taux d'humidité "inconfortable ou dangereux" dans certains endroits, mais il est trop tôt pour savoir où et quand. "Je ne dis pas que ce n'est pas ce qui va se produire, nuance Sébastien Léas. Mais communiquer comme ça, avec des cartes en rouge et noir, c'est anxiogène et prématuré".