Vagues de chaleur : "Il va falloir s’y habituer", alerte le directeur de l'Institut des sciences du climat

"Toute la planète est concernée par les températures extrêmes", a expliqué Robert Vautard. 

Le lit asseché de la Loire, à Montjean-sur-Loire (Maine-et-Loire), le 30 juillet 2020.
Le lit asseché de la Loire, à Montjean-sur-Loire (Maine-et-Loire), le 30 juillet 2020. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

"Il va falloir s'y habituer", a prévenu sur franceinfo vendredi 31 juillet Robert Vautard, le directeur de l'Institut Pierre Simon Laplace des sciences du climat, alors qu’une vague de chaleur s’étend sur la France. "Depuis 2015, on a en France une vague de chaleur exceptionnelle tous les ans, ce n’était pas du tout le cas avant", a-t-il indiqué. Si les températures dépassent les 40 degrés dans le sud-ouest cette semaine, "l'année dernière, nous avions battu ces records d’assez loin, avec 46 degrés à Nîmes, 43 degrés en région parisienne", a rappelé le climatologue.

>> Pic de chaleur en France, suivez la situation en direct

"Toute la planète est concernée par les températures extrêmes", a indiqué le spécialiste. "Dans la région du golfe Persique, c'est probablement là où les températures sont les plus fortes et seront les plus fortes dans le futur. On attend des températures dépassant 55 ou 60 degrés vers la fin du siècle dans ces régions-là, donc avec des températures tout à fait inhabitables", a alerté Robert Vautard.

Ce sont des phénomènes qui peuvent se produire n'importe où, y compris dans l'Arctique.Robert Vautardà franceinfo

Même les pôles sont concernés : "On a vu il y a quelques jours des températures extrêmes dans l'Arctique, avec 20 degrés." Selon Robert Vautard, "on a aujourd'hui la démonstration, la certitude mathématique" que ces pics de chaleur sont liés au dérèglement climatique. "Il y a encore des incertitudes sur les modèles, mais on n'a plus aucun doute sur l'origine de ces vagues de chaleur."