"J'ai eu un malaise sur mon vélo" : le dur labeur des livreurs de repas pendant la canicule

Pour les livreurs à vélo, pédaler sous des chaleurs étouffantes peut se révéler être dangereux.

Peu voire pas diplômés, ces livreurs travaillent bien davantage que les étudiants et peuvent faire jusqu\'à 70 à 80 heures par semaine.
Peu voire pas diplômés, ces livreurs travaillent bien davantage que les étudiants et peuvent faire jusqu'à 70 à 80 heures par semaine. (DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP)

Ils suent à grosses gouttes pour livrer des burgers et des pizzas. Les livreurs de repas à vélo doivent composer avec la hausse des températures, qui dépassent dans certaines régions du sud de la France les 35°C, samedi 4 août. Dans de tels cas, les médecins conseillent de ralentir ou de reporter toute activité sportive mais pour eux, impossible de renoncer à leur source de revenus.

>> Toujours 67 départements placés en vigilance orange canicule. Suivez notre direct

Comment font-ils face à la chaleur ? Que prévoient les plateformes pour aider les livreurs dans de tels cas ? franceinfo a interrogé des coursiers pour le savoir.

"On sue à grosses gouttes"

"C'est beaucoup plus dur, pose Arthur Hay, livreur à vélo pour la coopérative de livraison des Coursiers bordelais, et syndicaliste à la CGT. On sue à grosses gouttes, alors on s'arrose d'eau dans les fontaines, qu'on commence à connaître par cœur." L'hydratation est un bon réflexe, mais encore faut-il y penser. L'été dernier, Arthur Hay a frôlé l'accident. "J'ai eu un malaise sur mon vélo, je n'avais pas bu depuis un heure et demie, se souvient-il. J'étais sur le vélo, et je n'ai pas vu une voiture que j'aurais dû voir".

J'ai failli lui rentrer dedans. J'ai mis le pied à terre, et j'ai divagué. Je me suis assis un moment, et j'ai arrêté de livrer.Arthur Hayà franceinfo

Informée, la plateforme a envoyé un autre coursier pour acheminer la commande, assure Arthur Hay. "Dans le cas d'une annulation, la plateforme ne nous engueule pas trop, mais si on le fait plusieurs fois, on peut avoir notre compte bloqué", tance-t-il.

"C'est forcément plus compliqué de rouler avec des chaleurs pareilles, abonde Florian, livreur dans le sud la France. On se sent plus vite fatigué, les côtes font plus de mal que d'habitude. D'autant plus que les distances de livraison ont été augmentées récemment par ma plateforme".

Samedi, Benjamin a peiné à terminer sa journée, commencée à 10 heures. Livreur à Paris, il affirme à franceinfo avoir “bu 2 littres d’eau” ce jour là. Le thermomètre affichait 34 degrés dans la capitale. Alors pour faire face, Benjamin profite au maximum de chaque zone de fraîcheur : une fois la livraison effectuée, il prend quelques minutes de pause dans le hall de l’immeuble du client. “C’est frais, fermé, et généralement les voisins ne prennent pas la tête”, constate-t-il.

Grève des livreurs

Quelles sont les obligations des plateformes envers les coursiers ? Aucune, répond Arthur Hay, qui rappelle que les livreurs à vélo sont des auto-entrepreneurs. Ce statut d'indépendant les rend de fait responsables de leurs conditions de travail.

Début juillet, les livreurs à vélo étaient appelés à la grève par les syndicats pour protester contre le dépôt d'un amendement par le député LREM Aurélien Taché, qui prévoyait d'établir une charte qui définit les "droits et obligations" des plateformes ainsi que ceux des travailleurs indépendants. Les syndicats affirment de leur côté que cette charte écarte toute possibilité de requalification de ces travailleurs indépendants en salariés de ces entreprises.

Contactées par franceinfo vendredi, les plateformes de livraison affirment mettre en place des mesures pour aider leurs livreurs. Le site Deliveroo explique à franceinfo avoir mis en place "plusieurs mesures" pendant la canicule, comme la distribution de bouteilles d'eau à des endroits fréquentés par les livreurs, ou la "limitation des distances de livraison". De son côté, Uber Eats assure rester attentif à "l'évolution des températures" et envoie "des messages de prévention à destination des livreurs" sont envoyés, "leur rappelant notamment l'importance de rester bien hydratés", tout en maintenant disponibles "24heures /24 et 7j/7j" leurs "services support".