Les mesures de François Hollande en faveur des entrepreneurs

a revoir

Présenté parDavid Pujadas

Diffusé le 29/04/2013Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

L'armée française va encore perdre 24.000 postes en 6 ans. Amaury Guibert nous en dira plus.

Dans l'actualité également la liste des 72 radars qui fâchent. Masques, en descente ou dans des zones présumées sans danger ils seraient d'abord là pour piéger. Vrai ou faux ? Jihane Benzina sera en direct.

Un témoignage ce soir sur le baby-blues. L'animatrice Alessandra Sublet raconte sa dépression dans un livre. Elle souhaite déculpabiliser les jeunes mères.

Et puis, comment l'homme se fait-il comprendre des orques.

Vous vous souvenez sans doute du mouvement des "Pigeons", ces entrepreneurs qui s'étaient élevés à l'automne dernier contre les fortes hausses d'impôts, notamment sur les plus-values de cession. François Hollande lui-même a opéré un virage spectaculaire ce soir. Il recevait 300 de ces jeunes patrons à l'Elysee. Et il est revenu sur ces hausses d'impôts.

Depuis 6 mois, les relations entre F. Hollande et les entrepreneurs étaient tendues. Le chef de l‘Etat a voulu décontracter l'atmosphère. De l'humour avec les chefs d'entreprise, impensable il y a 6 mois. En octobre, le groupe des "Pigeons" se crée sur les réseaux sociaux. Ces entrepreneurs s'estiment trop taxes, quand ils revendent leur société. Auparavant, les plus-values étaient imposées à 34,5%. Avec F. Hollande, lorsqu'elles dépassent 150 000 euros, elles le sont à 60,5%. prône aujourd'hui la réconciliation.

Je reviens sur le malentendu qui a pu, un moment, je ne sais pourquoi, se glisser entre nous. J'entends une bonne fois pour toute l'élucider et proposer un régime équilibré, juste et pérenne, pour le traitement fiscal des plus-values.

Il concède donc des contreparties en reportant les abattements fiscaux lors de la vente d'une société.

Le JT
Les autres sujets du JT