Invité : Louis Chedid, "Deux fois l'infini"

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 06/11/2013Durée : 00h49

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Cet invité, c'est Louis Chedid. Bonjour et merci d'être avec nous pour nous parler de ce 16e album, "Deux fois l'infini". Vous sortez aussi, pour vos 40 ans de carrière, une intégrale de vos 15 premiers albums. Qu'est-ce qu'on se dit quand on a à la fois un nouveau-né et la compilation d'une carrière.

Louis Chedid : C'est très ageréable. Je n'aurais pas fait une inétgrale s'il n'y avait que ça. Ce qui me fait plaisir, c'est d'avoir ce coffret avec tous ces disques. Il y a des auditeurs qui n'ont trouvé les anciens disques.

Elise Lucet : Ce nouvel album, c'est une photo de la société d'aujourd'hui notamment avec le titre "Scoop" ? Je parle de l'actualité et toutes les émotions que je peux ressentir. Ça ne concerne pas toute la classe journalistique. On est tous responsables de ce robinet à scoops! la chanson français permet de dire des choses, pas seulementde danser. Elle permet de raconter l'actualité.

Elise Lucet : Globalement, l'album est optimiste. On vous sent heureux de vivre.

Louis Chedid : Je serais mal placé pour être malheureux. Cela fait 40 ans que je fais ce plaisir que je n'appelle pas métier. Je fais ce qui me plaît et j'arrive à en vivre. Je suis autonome et je suis libre, j'ai réalisé mon rêve de 12 ans. J'ai réussi ça. Il y a eu des moments où j'ai été angoissé.

Elise Lucet : Vous avez concocté cet album comme un artisan, en fait.

Louis Chedid : Quad je composais le disque, j'avais envie de retrouver cette fraîcheur d'origine. "Hold up" que j'ai réalisée en 1976 je l'ai retravaillée autrement J'ai eu la chance de tomber sur mon co-réalisateur. C'est un album fait à la main. J'aime le côté artisan J'adore bidouiller. Je connais bien les logiciels, d'adore les bidouiller.

Elise Lucet: Il y a aussi ce coffret, qui regroupe vos 15 premiers albums pour vos 40 ans de carrière. Vous avez beaucoup travaillé, il a fallu tout remastériser.

Louis Chedid : C'est comme quand on regarde des photos anciennes, de famille. Toutes les chansons mènent au dernier album. Ce sont des petits cailloux J'ai de la tendresse pour chacune de mes chansons. J'aime réécouter ces chansons.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==