Invité : Jean-Jacques Eledjam

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 27/03/2014Durée : 00h50

C'est une vieille dame honorable, digne et très utile. Elle est devenue indispensable. Intervenant sur les terrains de guerre, après les catastrophes, ou auprès des plus démunis, elle apporte les premiers soins. Sa famille est immense, partout dans le monde, et elle fête ses 150 ans. Voici l'invité des Cinq Dernières Minutes. Et cette invitée, c'est la Croix-Rouge, ou plutôt Jean-Jacques Eledjam, le professeur qui en est le président. Merci d'être ici pour ce très beau livre: "La Croix-Rouge française, 150 ans d'histoire", publié chez Autrement. C'est le plus ancien mouvement humanitaire, mondial. Tout le monde connaît cette institution. Qui l'a créée et comment.

Jean-Jacques Eledjam : C'est un commerçant suisse Il souhaite rencontrer Napoléon. Il découvre un massacre à Solferino. Il va avoir un don de soi et aider les villageois. la continuité va être la créatuion d'une société de secours aux blessées de guerre. Dont une association de Femmes de France et de Femmes françaises. Ce livre retrace les grandes dates de son histoire. On va le feuilleter ensemble. On commence par la Grande Guerre. En 14/18, vous étiez présent à côté du front ? Avec les fameuses infirmières.

Jean-Jacques Eledjam : 68.000 infirmières ont été mobilisées. La Croix Rouge était impliquée comme dans les taxis de la marne. 1.

18 va servir à créer les écoles d'infirmières. Ces écoles ont permis de créer les premières hôtesses de l'air.

Elise Lucet : Autre date importante, 1952. La création du plan Orsec est un nouveau virage pour la Croix-Rouge. Pour intervenir au mieux en cas de catastrophe ? Vous êtes toujours en première ligne ? prévention des catastrophes. A chacun des évènements, on trouve des solutions.

Elise Lucet :1965 et 1968, le Samu et le SMUR sont créés.

Jean-Jacques Eledjam : Les premières ambulancieres des Samu viennent de la Croix-Rouge. J'ai la chance d'être directeur du Samu de Montpellier.

Elise Lucet :1984, nouveau tournant pour la Croix-Rouge. On passe du secours d'urgence après les catastrophes à l'assistance aux plus démunis.

Jean-Jacques Eledjam : En 94, on a inventé le terme "nouveaux pauvres" On est bousculés la précarité et la misère. Nous travaillons a chercher une solution pour régler le problème de ces nouveaux pauvres. Il faut qu'on change notre modèle pour nous occuper des nouveaux pauvres. EL :De quoi avez-vous besoin ? De dons, de bénévoles.

Jean-Jacques Eledjam : On a 63.000 bénévoles en France. Les dons n'ont pas diminué. La Croix-Rouge est un bien français faisant partie du patrimoine.

EL : Je rappelle le titre de l'ouvrage : "La Croix-Rouge française, 150 ans d'histoire", publié chez Autrement.

Le JT
Les autres sujets du JT