Interview avec Richard Berry : "L'esprit de famille"

a revoir

Présenté parMarie Drucker

Diffusé le 26/04/2014Durée : 00h40

Richard Berry a mis beaucoup de lui-même dans Yvan, l'hypocondriaque et Max l'insouciant, deux frères que leur expérience va changer a jamais.

M. Drucker : Vous aussi, Richard Berry, à l'instar des personnages de ce téléfilm, vous êtes passé par des phases d'angoisse terribles. Vous avez voulu être recalé.

R. Berry : Non, car j'étais le dernier recours. Je ne souhaitais pas être recalé, j'avais peur de l'être. Mais en même temps, je voulais raconter dans le parcours que malgré la générosité, on a peur. Cette peur, il faut la surmonter.

M. Drucker : Vous faites partie des 98% des donneurs qui disent ne jamais avoir regretté leur geste.

R. Berry : Oui, je ne le regrette pas. Cela a sauvé la vie de ma soeur, cela me permet de vivre quasiment normalement. Cela m'a apporté quelque chose aussi à moi. Cela m'a déculpabilisé par rapport à être de bonne santé et la voir malade depuis la naissance.

M. Drucker : Vous dites néanmoins qu'il faut aider les donneurs à faire le deuil de leur organe perdu. C'est à dire.

R. Berry : C'est quelque chose dont on parle très peu aux donneurs. On considère le donneur comme quelqu'un qui fait un geste spontané et formidable. On oublie qu'à un moment donné, il se passe des choses dans sa tête. Il faut le préparer, non pas à la vie qu'il aura avec un seul rein, puisqu'on vit parfaitement bien, mais en revanche, c'est dans la tête qu'il faut se préparer, il faut en faire son deuil.

M. Drucker : Merci Richard Berry, on vous retrouve mercredi soir à 20h45 sur France 2 dans "L'esprit de famille".

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==