Cet article date de plus de huit ans.

SFR : Bouygues offre 14,5 milliards d'euros

Vivendi a annoncé mercredi soir avoir reçu deux offres pour le rachat de sa filiale télécoms SFR émanant de la holding Altice, maison mère du câblo-opérateur Numericable, et du groupe Bouygues. Ce jeudi matin, Bouygues a détaillé son offre d'un total de 14,5 milliards d'euros et promet qu'il n'y aurait aucun départ forcé chez SFR.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Maxppp)

La date limite pour le dépot des offres de reprise de SFR était fixée à mercredi 20 heures : Vivendi a finalement mis fin au suspense et annoncé avoir reçu deux propositions pour le rachat de sa filiale, émanant de la holding
Altice, maison mère du câblo-opérateur Numericable, et du groupe Bouygues, sans
avancer de montant.

"Le Conseil de surveillance de Vivendi sera saisi pour étudier ces offres ",
précise le groupe dans un communiqué. "Il évaluera toutes les options qui
s'offrent à lui quant à l'avenir de sa filiale et du groupe, dans le meilleur
intérêt des salariés et des actionnaires
", ajoute-t-il.

Le gouvernement aura son mot à dire

Les candidatures d'Altice, holding mère de Numericable, et celle de
Bouygues étaient attendues : le câblo-opérateur s'était dit intéressé dès 2012
par SFR, tandis que Bouygues Telecom, le plus affecté dans la guerre des prix
du mobile initiée par Free, est sorti du bois au dernier moment, craignant
d'être isolé par un tel mariage.

La décision que prendra Vivendi de céder ou non tout ou partie de sa
filiale, devra recueillir un feu vert de l'Autorité de la concurrence.
Même si ce choix ne sera pas soumis à l'exécutif, le gouvernement s'est
immiscé mercredi dans le dossier, en soulignant la nécessité de préserver
l'emploi.
"Il n'y a pas de candidat privilégié ", mais le gouvernement "s'appuiera
avant tout sur trois critères: surtout l'emploi évidemment, celui de la
capacité à investir dans l'outil industriel et puis celui de la qualité du
service qui pourra être fourni aux consommateurs
", a déclaré sa porte-parole,
Najat Vallaud-Belkacem.

Et justement, ce jeudi matin, c'est sur ce point notamment que Bouygues a lâché quelques précisions. Le groupe assure qu'il n'y aura "aucun départ contraint " et prévoit même une "redynamisation de l'emploi " si son offre est retenue. Bouygue offre 14,5 milliards d'euros à Vivendi : 10,5 en numéraire et 46% du capital du nouvel ensemble. Numéricable n'a pas officiellement dévoilé son offre mais le chiffre de 11 milliards en numéraire circule, ce qui la monterait à 15 milliards d'euros au total.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Téléphonie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.