Cet article date de plus de sept ans.

Fleur Pellerin soutient Appgratis, l'application française retirée par Apple

La ministre de l'Economie numérique a apporté son soutien jeudi aux créateurs de l'application Appgratis. Développée à Paris, celle-ci offrait aux utilisateurs pendant 24 heures chaque jour, gratuitement, une application normalement payante. La semaine dernière, Apple a décidé de la supprimer.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (Capture d'écran Appgratis Autre)

Apple en a décidé ainsi. L'application
française Appgratis n'a plus le droit d'être sur
l'Appstore depuis le week-end dernier. Elle proposait chaque jour aux
utilisateurs d'iPhone de découvrir gratuitement une application du magasin d'Apple
normalement payante. Cela se faisant en partenariat avec les éditeurs.

Mais le
géant américain a considéré qu'Appgratis allait à l'encontre des catalogues d'applications
de sa boutique. Les règles de l'Appstore interdisent "les apps qui affichent d'autres apps pour les vendre ou en faire la promotion d'une manière similaire ou pouvant être confondues avec l'Appstore ".

Une décision "sans
sommation"

Réaction française ce jeudi : Fleur Pellerin demande à Apple de "renouer le dialogue " avec Appgratis. Lors d'un point presse, la ministre de l'Economie
numérique a résumé la situation ainsi : Apple a décidé "sans sommation, sans
explication, sans rationalité
" de retirer "unilatéralement " de
sa plate-forme de distribution une application, avec "derrière 40 emplois
en jeu
".

Fleur Pellerin estime que ce n'est
pas "un comportement vertueux et digne d'une entreprise de cette
taille-là
". Fleur Pellerin demande à Apple "d'être responsable "
et "d'avoir un comportement éthique et conforme à son image de marque ".

La ministre n'a pas encore pris contact avec Apple et "ne le fera pas si ce n'est pas nécessaire ".

Grosse perte du chiffre d'affaires

Appgratis est une application
développée à Paris et qui emploie 40 personnes. Simon Dawlat, le co-fondateur, n'a pas encore
chiffré l'impact financier de ce litige mais admet que "ce sera une très
grosse perte du chiffre d'affaires
". Actuellement 80 % des revenus d'Appgratis
proviennent du partenariat avec Apple.

La start-up, créée en 2008, tablait sur une fourchette de "22 à 25 millions d'euros " cette année. Elle prévoyait de doubler ses effectifs en 2013 et d'ouvrir un bureau à San Francisco et au Brésil. En janvier dernier, Appgratis avait réussi une levée de fonds de 10 millions d'euros.

Sur le site Internet d'Appgratis, Simon Dawlat "rassure
les utilisateurs
" : l'application est toujours accessible sur le
site d'Appgratis et sur la newsletter. Simon Dawlat explique aussi que les 12
millions de personnes possédant déjà l'application continueront d'être informés des "recommandations "
d'Appgratis.

Appgratis, juste une première ?

Le site spécialisé high-tech
igen.fr estime que la suppression d'Appgratis
n'est qu'une premiere. "L'appstore est à la veille d'un grand ménage ", écrit-il. Et les premières visées sont les apps de promotion d'apps.

Le site Internet rapporte que
d'autres applications allaient être bannies de la boutique d'Apple. Celles qui
contreviennent aux clauses "2.25 et 5.6 ".

" 2.25 : les apps qui affichent des
apps autres que les vôtres pour un achat ou une promotion d'une manière
similaire ou pouvant prêter à confusion avec l'App Store seront rejetées5.6 : les apps ne peuvent utiliser les
notifications push pour envoyer des messages à caractère publicitaires,
promotionnels ou de marketing direct "

Selon igen.fr, les apps comme Appgratis "contribuent aussi à
fausser les classements en permettant aux développeurs d'acheter de meilleures
places
".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.