VIDEO. Débat Soir 3 : comment mieux surveiller Internet ?

Sur le web, la loi française est plus répressive qu'ailleurs avec, pour les auteurs de délit, de lourdes peines allant jusqu'à 7 ans d'emprisonnement et 100 000 euros d'amende.

FRANCE 3

Avec les attentats de la semaine dernière en France, une cible est montrée du doigt :  Internet. Certains estiment ainsi qu'il faut davantage de contrôle sur le web.
 
Giuseppe de Martino, directeur de Dailymotion Europe et président de l'Asic, une association qui regroupe les principaux acteurs du web comme Google, Facebook, Yahoo ou Dailymotion, explique que son entreprise est continuellement e relation avec les autorités. "Ils regardent et nous signalent les contenus que nous retirons ensuite", explique-t-il par rapport aux vidéos jihadistes.

Pour Nathalie Goulet, présidente de la commission d'enquête sur les réseaux jihadistes au Sénat, le débat porte sur une question : "Est-ce qu'on considère qu'Internet est une zone de non-droit ou est-ce qu'on considère que c'est un État qui doit être un état de droit et dans lequel on peut mettre des barrières et des limites ?".

Un code de bonne conduite

Selon elle, il faut "un code de bonne conduite avec les fournisseurs d'accès de façon à ce qu'il y ait retrait quand il y a des vidéos par exemple de décapitation".

Giuseppe de Martino estime qu'un "Patriot Act" est une bonne chose s'il consiste à ce que les policiers "envoient plus rapidement des notifications. Dans le cas contraire, si cela revient à donner un pouvoir de censeurs à des acteurs privés comme Dailymotion alors on sera gênés", explique-t-il.

Le JT
Les autres sujets du JT