50 ans après Mai 68, les nouveaux combats de l'émancipation : Max Schrems milite pour la protection des données personnelles sur internet

Ils n'ont pas fait Mai 68. Cinquante ans plus tard, ils vont faire 2018. Chaque jeudi, franceinfo met en avant un combat, un visage, une voix. Max Schrems, un juriste autrichien, lutte pour la protection des données personnelles.

FRANCEINFO

Son nom est célèbre jusque dans la Silicon Valley, aux États-Unis. Depuis quelques années, l'Autrichien Max Schrems, 30 ans, a donné un visage au combat citoyen contre les GAFA, l'acronyme désignant Google, Amazon, Facebook et Apple, les géants de l'économie numérique. Ce jeune juriste explique se battre "pour vos droits sur internet afin que la vie privée de chacun soit respectée".

Tel David contre Goliath, Max Schrems s’est lancé à l’assaut de la forteresse Facebook. Le but du jeune homme est de forcer l’entreprise de Mark Zuckerberg à se mettre en conformité avec la loi en Europe. "Ce que dit la loi européenne, c’est qu’on ne peut pas utiliser vos données personnelles sans justification, rappelle-t-il. Nous ne devrions pas avoir à lutter pour le respect de notre vie privée ! C’est à Facebook et aux autres géants d’internet de nous expliquer – légalement et techniquement – ce qu’ils font de nos données."

2015, sa première victoire

Après avoir obtenu de Facebook l’intégralité des données le concernant, Max Schrems a multiplié les recours devant les tribunaux jusqu’à ce que la justice européenne lui donne gain de cause en 2015, avec l’annulation du "Safe Harbour" (lien vers un document PDF). Cet accord encadrait jusque-là les transferts de données entre Europe et États-Unis. Pour lui, cette victoire spectaculaire a marqué un tournant. "C’est l’une des premières fois où la Cour de justice européenne a été capable de se dresser face à ces géants du net, indique Max Schrems. Il y a eu beaucoup de réactions aux États-Unis. Ils se sont dit : 'Merde alors, ils sont vraiment sérieux ?'. Cela a changé la donne, car ces entreprises ont été forcées de se dire : 'Est-ce que nous sommes dans les clous ? Que faut-il changer ?'"

Le prochain chantier du jeune juriste autrichien est la création d’une ONG pour permettre des actions de groupe d’internautes, sur le modèle des associations de défense des consommateurs. Max Schrems est convaincu que la bataille pour la vie privée sur internet ne fait que commencer.

L'Autrichien Max Schrems se bat contre les géants du net : un portrait signé Cyril Sauvageot
--'--
--'--

Retrouvez la série "Sous les pavés 2018, les nouveaux combats" sur franceinfo et franceinfo.fr

Libertés individuelles, droits des femmes, lutte contre les discriminations, rejet de toute forme d’exclusion, protection de l’enfance... Cinquante ans après Mai 68, le plus important mouvement de contestation politique, sociale et culturelle de l’histoire récente française, franceinfo donne la parole, chaque jeudi, à celles et ceux qui portent les nouveaux combats de l'émancipation et des libertés.

> Ousmane Baldé milite contre le racisme en France

> Mia Mason milite pour la reconnaissance des soldats transgenres

> Thierry milite pour la décroissance

> Mathilde milite, bénévole, milite pour l'accueil des réfugiés

> Fernande, agente de propreté, milite pour le respect au travail

> Ensaf milite pour la libération de son mari, le Saoudien Raif Badawi

> Ervé, sans-abri, milite contre l'exclusion

Max Schrems, juriste autrichien engagé face à Facebook pour la protection des données personnelles. Ici à Berlin en février 2018.
Max Schrems, juriste autrichien engagé face à Facebook pour la protection des données personnelles. Ici à Berlin en février 2018. (CYRIL SAUVAGEOT / RADIO FRANCE)