VIDEO. Pour Macron, tweeter n'est pas "compatible" avec la fonction de président

Le chef de l'Etat l'a déclaré dans une interview accordée à l'hebdomadaire américain "Time", publiée jeudi.

TIME / YOUTUBE
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Cela sonne comme une leçon donnée à Donald Trump. Alors que le président américain est particulièrement actif sur Twitter, Emmanuel Macron expose son point de vue, radicalement opposé, dans une interview au magazine américain Time (en anglais), publiée jeudi 9 novembre (à partir de 4'55).

Je ne tweete pas moi-même (...) car cela n'est pas compatible avec la distance qu'il faut pour gouverner et présider.

Emmanuel Macron

au "Time"

"Je dois avouer que j'ai entendu parler de quelques nouvelles sur le compte Twitter de Donald Trump, mais je ne le suis pas et je ne tweete pas", déclare également le président français.

Emmanuel Macron développe alors la prise de distance qu'un dirigeant doit avoir vis-à-vis des réseaux sociaux. "Lorsque vous allez sur Twitter, quand vous regardez les réactions des gens, vous percevez quelque chose de la réalité, la perception des citoyens dans votre pays et de ceux partout dans le monde", estime-t-il. 

"Vous ne pouvez pas réagir de façon permanente"

"Je pense que quand vous êtes dans la position de décider tout seul et quand vous avez la responsabilité de beaucoup de politiques publiques et de beaucoup de gens, vous ne pouvez pas réagir de façon permanente sur ce type de média, ou sur quelque média que ce soit", poursuit-il.

Il faut du temps (...) il faut vous organiser pour vérifier les faits, penser à ce à quoi vous devez réagir ou pas, parfois.

Emmanuel Macron

au "Time"

Pour Emmanuel Macron, Twitter, "ça va pour la vie privée, mais le problème, c'est que vous n'avez plus de vie privée quand vous êtes président. Et pas de réaction privée. Votre réaction est la réaction d'un président."

Emmanuel Macron, à l\'Elysée, à Paris, le 6 novembre 2017.
Emmanuel Macron, à l'Elysée, à Paris, le 6 novembre 2017. (LUDOVIC MARIN / AFP)