"S'il vous plaît, à l'aide !" Les cris d'une femme victime de violences conjugales diffusés sur Twitter

Témoin indirect d'une dispute violente chez ses voisins et faute d'être entendu par la police, un habitant de Dijon enregistre et diffuse les cris d'une femme sur les réseaux sociaux.

La vidéo ne montre que la cage d'escalier d'un immeuble. Mais le son lui est glaçant, on entend les hurlements d'une femme qui appelle au secours. L'auteur de ces images diffusées sur twitter explique avoir essayé de joindre la police et le bailleur de l'immeuble avant d'avoir recours aux réseaux sociaux. "Il me menaçait, raconte-t-il. Il m'a dit je m'en fous, j'emmerde tous les voisins. Je me suis dit plutôt que lui rentrer dedans, je mets la vidéo en ligne."

J'ai essayé de contacter toutes les personnes que je pouvais... La police n'est pas venue, elle ne m'a pas spécialement contacté.

L'auteur de la vidéo

Dans un tweet, la préfecture de Bourgogne-Franche-Comté se défend d'être restée indifférente à la diffusion de la vidéo. ne "La police nationale est parfaitement informée de la situation de ce couple, se justifie-t-elle. Elle est déjà intervenue plusieurs fois pour des conflits n'ayant donné lieu à aucun dépôt de plainte, comme ce fut le cas hier."

Bien que la très violente dispute conjugale n'aie pas eu de suite, elle a fait réagir Marlène Schiappa, la sécrétaire d'Etat chargée de l'égalité femmes-hommes.

En Bourgogne depuis le début de l'année, quatre femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint. A l'échelle nationale, elles sont 93.

Les cris d\'une femme victime présumée de violences conjugales à Dijon
Les cris d'une femme victime présumée de violences conjugales à Dijon (France 3 Bourgogne)