Instagram promet "une expérience plus sûre" aux jeunes utilisateurs en leur proposant un compte privé par défaut

Le réseau social a annoncé mardi plusieurs changements de sa politique afin de protéger les mineurs.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Illustration Instagram et Facebook. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

"Créer une expérience sûre et privée pour les jeunes, mais aussi fun s'accompagne de défis", prévient Instagram, dans un billet de blog (en anglais), mardi 27 juillet. Longtemps pointé du doigt pour son laxisme en la matière, le réseau social introduit ainsi "dès cette semaine" de nouvelles dispositions censées protéger les utilisateurs les plus jeunes. Pour cela, le réseau compte sur une proposition simple : tout nouveau compte créé par un mineur de moins de 16 ans sera par défaut privé.

"Nous voulons qu'ils puissent facilement se faire de nouveau amis et garder le lien avec leur famille, écrit Instagram, mais nous ne voulons pas qu'ils aient à faire avec des messages privés indésirables ou des commentaires d'inconnus." Un profil privé permet de choisir qui a le droit de consulter les publications et oblige à demander l'autorisation de l'utilisateur pour s'abonner à son compte. Ce réglage par défaut  pourra cependant toujours être modifié dans les paramètres pour revenir à un profil totalement ouvert.

"Nous donnons aux jeunes le choix"

Instagram assure que les jeunes utilisateurs "apprécient une expérience privée". "Pendant nos tests, huit jeunes sur 10 ont accepté le réglage privé par défaut au moment de s'inscrire". Les mineurs qui possèdent déjà un compte public recevront une notification pour leur proposer de changer de statut. "Nous donnerons toujours aux jeunes le choix de passer vers un profil privé ou de garder leur profil public s'ils le désirent", écrit Instagram sur son blog. Le New York Times (en anglais) ajoute que Facebook (maison mère d'Instagram) développe par ailleurs "une technologie pour empêcher les comptes ayant un comportement potentiellement suspect d'interagir avec des mineurs sur Instagram".

En outre, d'ici "quelques semaines", les mineurs devraient être ciblés moins précisément par les publicités sur Instagram. Pour le moment, ils peuvent recevoir des publicités personnalisées en fonction des cookies déposés sur d'autres sites ou applications qu'ils fréquentent régulièrement, sans aucune distinction avec les adultes. A l'avenir, les annonceurs pourront seulement utiliser trois critères pour cibler les mineurs : leur âge, leur position et leur genre. 

Ces changements s'appliqueront aussi sur Facebook et l'application Messenger. Une fois adulte, les utilisateurs pourront modifier ces paramètres s'ils le souhaitent. Dans le même temps, Facebook explique sur son blog (en anglais) comment il utilise l'intelligence artificielle pour repérer les comptes d'utilisateurs de moins de 13 ans, l'âge minimal requis pour ouvrir un profil sur ses différentes plateformes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Facebook

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.