L'Union européenne pourrait lancer sa propre intelligence artificielle générative "sous cinq ans", selon Bruno Le Maire

Le ministre de l'Economie s'est exprimé sur le sujet des nouvelles technologies samedi, à l'occasion des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, le 1er juillet 2023 à Paris. (STEFANO RELLANDINI / AFP)

Vers une version européenne de ChatGPT ? Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, a estimé possible pour l'Union européenne de bâtir "sous cinq ans" son propre système d'intelligence artificielle (IA) générative, c'est-à-dire capable de fabriquer des textes ou d'autres médias. Ce progrès contribuera à améliorer la productivité d'une économie "languissante", a-t-il estimé, samedi 8 juillet.

"Je plaide, avant de poser les bases de la régulation de l'intelligence artificielle, pour que nous fassions de l'innovation, que nous investissions et que nous nous fixions comme objectif d'avoir un OpenAI européen sous cinq ans, avec les calculateurs, les scientifiques et les algorithmes nécessaires", a lancé Bruno Le Maire, devant le public des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône). 

Projet de régulation de l'IA

Mi-juin, le ministre avait déjà insisté sur la nécessité pour l'UE d'"investir et innover" pour développer des systèmes d'intelligence artificielle, avant de "réguler" des technologies américaines, au risque, sinon, de perdre son "indépendance". Le grand public a découvert le potentiel immense des systèmes d'intelligence artificielle fin 2022 avec la sortie du générateur de contenus rédactionnels ChatGPT de la société californienne OpenAI, qui peut rédiger dissertations, poèmes ou traductions en quelques secondes.

Mais la diffusion sur les réseaux sociaux de fausses images, plus vraies que nature, créées à partir d'applications comme Midjourney, a alerté sur les risques de manipulation de l'opinion et les dangers pour la démocratie. Le Parlement européen a approuvé en juin un projet de régulation de l'IA et l'UE espère conclure avant la fin de l'année le premier règlement au monde visant à encadrer et à protéger l'innovation dans ce secteur stratégique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.