Cet article date de plus de neuf ans.

Auxerre. L'espace culturel de Leclerc répond au libraire qui a ouvert "un rayon surgelés"

Le libraire a répliqué au nouvel espace de l'enseigne de grande distribution par une vidéo humoristique. Francetv info a contacté les deux protagonistes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La librairie d'un espace culturel E. Leclerc à Rezé (Loire-Atlantique), le 6 mars 2010. (ALAIN LE BOT / PHOTONONSTOP / AFP)

INTERNET - C'est une histoire qui a des allures de guerre picrocholine. Un libraire indépendant d'Auxerre a posté le 26 octobre sur internet une vidéo dans laquelle il annonce l'ouverture d'un rayon surgelés dans son magasin... avant de désigner un petit réfrigérateur dans son bureau. Objectif : riposter avec humour à l'arrivée d'un espace culturel E. Leclerc, qui a ouvert dans la semaine du 15 octobre. Francetv info a contacté mercredi 7 novembre l'espace culturel et le libraire, qui réagissent à cette histoire, résumée en trois actes.

Acte 1 : Un espace culturel Leclerc ouvre à Auxerre

Huit mois après Cultura, une enseigne de distribution française spécialisée dans le culturel, un espace culturel E. Leclerc a fait son arrivée à Auxerre (Yonne) mi-octobre. A peine ouvert, il a fait "carton plein", raconte L'Yonne.fr. "A l'époque [les] commerçants faisaient grise mine tout en restant optimistes. Aujourd'hui, l'arrivée de l'espace Leclerc renchérit à nouveau une offre culturelle désormais florissante", explique le site du quotidien régional. Ce qui n'est cependant pas du goût des libraires indépendants du centre-ville d'Auxerre.

Acte 2 : Un libraire indépendant fait mine d'ouvrir un rayon surgelés pour le contrer

"Il paraît qu'à Auxerre, les supermarchés décident d'ouvrir des espaces culturels. Eh bien chez Obliques, nous avons décidé de contre-attaquer en ouvrant notre rayon surgelés." C'est ainsi que commence la vidéo de Grégoire Courtois, gérant de la librairie Obliques à Auxerre. Dans une mise en scène humoristique, il désigne ensuite son réfrigérateur.

Grégoire Courtois a ainsi voulu réagir à l'ouverture récente de l'espace culturel de la chaîne de supermarchés. "Un ami m'a dit : 'Puisque Leclerc se met à faire des livres, tu n'as qu'à faire des surgelés'. Ça nous a fait rire et j'ai décidé de faire une vidéo, raconte-t-il à francetv info. Au départ, c'est une boutade entre copains." 

Une "boutade" qui a été vue 6 431 fois mercredi, et a été reprise par plusieurs médias régionaux et nationaux, dont Le Nouvel Obs et Livres Hebdo. "J'ai même été interviewé par Radio Canada, pays qui débat en ce moment autour du prix unique du livre", ajoute Grégoire Courtois, surpris par ce succès. Il pense donc avoir atteint son objectif en permettant aux clients potentiels de penser à leur libraire à l'approche des fêtes de Noël. "Je les ai alertés sur le fait que le livre n'est pas un bien de consommation comme les autres", estime Grégoire Courtois, qui n'écarte pas l'idée de réaliser une nouvelle petite vidéo un jour.

Acte 3 : Le directeur de l'espace culturel réagit

"Les grandes surfaces ne m'ont pas adressé de message", poursuit Grégoire Courtois. Francetv info a donc décidé de contacter le nouvel espace culturel. Philippe Jaricot, son directeur, a d'abord répondu avec humour à francetvinfo : "Son frigidaire n'est pas aux normes."

Plus sérieusement, il affirme proposer un service de qualité équivalent à celui de la librairie Obliques. "Nous avons autant de livres que lui et sept spécialistes dans notre rayon librairie. Notre espace reste à taille humaine", se défend-il. "J'ai quand même une formation de libraire et 30 ans de métier derrière moi", précise-t-il. "Et je suis d'accord pour dire que 'le livre n'est pas un bien de consommation comme les autres'", ajoute-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Tech / Web

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.