Cet article date de plus de huit ans.

Vidéo Les fonctionnaires de l'Assemblée sont-ils trop payés ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
Thierry Curtet, Guillaume Daret, Alexis Fischer - France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Les employés du Palais Bourbon bénéficieraient d'un régime dérogatoire particulièrement favorable par rapport à l'ensemble des fonctionnaires.

Le gouvernement cherche à faire des économies. Dans cette quête, tous les regards se tournent vers l'Assemblée nationale. Les employés du Palais Bourbon bénéficieraient d'un régime dérogatoire particulièrement favorable par rapport à l'ensemble des fonctionnaires.

L'Assemblée emploie 1 250 personnes. Leur salaire moyen s'élève à 7 800 euros bruts, soit trois fois la rémunération moyenne dans la fonction publique. Un huissier, par exemple, gagne 5 000 euros bruts par mois, en fin de carrière. Son travail est de garantir l'ordre dans l'hémicycle, porter un courrier ou un document à un député ou barrer l'escalier du président de l'Assemblée pour le protéger. Quant aux 24 plus hauts revenus de l'Assemblée, ils se situent en moyenne à 17 500 euros par mois.

Plus de la moitié des ces revenus provient des heures supplémentaires, très richement payées. Ce qui est surprenant, c'est la façon dont ces sommes sont attribuées : "étant donné le rythme de fonctionnement de l'Assemblée qui est très particulier et qui n'est pas défini à l'avance, on a considéré que les primes qui sont distribuées, selon le fonctionnement de l'Assemblée, sont attribuées à tout le monde que les gens soient là, physiquement, ou chez eux", explique René Dosière, député PS de l'Aisne.

Des députés dénoncent "un certain antiparlementarisme"

Diffusée mercredi 6 février dans le journal de 20 heures de France 2, cette enquête de France 2 a fait réagir les députés alors en plein sur le mariage pour tous. Marc Le Fur, député UMP des Côtes d'Armor, a prétexté un rappel au règlement pour critiquer le service politique de France 2. Selon lui, il s'est "livré à un certain antiparlementarisme".

Le président de l'Assemblée, Claude Bartolone, n'a pas vu le reportage mais a dit "regretter" sa diffusion sur une chaîne publique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.