Selon l'Observatoire de la fin de vie, 81% des Français aimeraient mourir chez eux

Actuellement, seulement 25% des décès surviennent à domicile. 

Des personnes âgées patientent au service des urgences de l\'hôpital Purpan, à Toulouse (Haute-Garonne), le 22 août 2011.
Des personnes âgées patientent au service des urgences de l'hôpital Purpan, à Toulouse (Haute-Garonne), le 22 août 2011. (PASCAL PAVANI / AFP)

Un mois avant leur mort, plus de deux malades sur trois vivent à leur domicile, mais ils ne sont plus que 25% le jour du décès. Pourtant, selon un rapport de l’Observatoire national de la fin de vie, publié lundi 18 mars par le Huffington Post, 81% des Français aimeraient mourir chez eux. 

En cause : la faiblesse des structures de soins palliatifs en France, la méconnaissance des aides disponibles et une importante question de ressources financières. "La région d’origine semble aussi avoir une influence, en raison du niveau de vie des habitants mais aussi du maillage d’associations dédiées à la fin de vie, plus ou moins dense", explique le site d'information. La part des personnes qui meurent à domicile est ainsi largement plus élevée en Provence-Alpes-Côte d’Azur (31%) qu’en Auvergne (20%). 

Dans 99% des cas, les personnes qui bénéficient d'un transfert de l’hôpital vers leur domicile sont très entourées par leur famille, souligne encore le rapport.