Cet article date de plus de dix ans.

L'entrée en campagne de Sarkozy : bonne pour sa cote, pas forcément pour le vote

Le chef de l'Etat, qui a officialisé sa candidature mercredi 15 février, effectue une remontée importante dans un sondage LH2 pour "Le Nouvel Observateur", notamment parmi les sympathisants du Front national. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Nicolas Sarkozy inaugure son QG de campagne à Paris, le 18 février 2012. (PHILIPPE WOJAZER / POOL)

Que pensent les Français de l'entrée en campagne du président Nicolas Sarkozy ? Une semaine après avoir officiellement annoncé qu’il briguait un second mandat, les avis sont partagés, révèlent deux enquêtes publiées mardi 21 février. 

Selon le sondage mensuel Ipsos-Logica pour France Info, France Télévisions et Le Monde, le candidat-président n'a pas bénéficié de son entrée en campagne en termes d'intentions de vote. Une autre enquête, réalisée par l'institut LH2 pour Le Nouvel Observateur, montre en revanche que son taux de popularité en a profité.

• Hollande toujours en tête

Chez Ipsos, le candidat PS François Hollande maintient son avance sur le chef de l'Etat, avec 32% des intentions de vote au premier tour, contre 25% des voix pour Nicolas Sarkozy. Même tendance d'après le sondage LH2, avec un point de plus pour le président sortant. Au second tour, François Hollande l'emporterait avec 59% des voix, contre 41% pour Nicolas Sarkozy, un score inchangé depuis un mois chez Ipsos.

Par ailleurs, 39% des personnes interrogées pronostiquent la victoire de François Hollande, 30% celle de Nicolas Sarkozy, 1% celle de Marine Le Pen, tandis que 30% ne se prononcent pas. La présidente du FN se stabilise à 16% d'intentions de vote, tandis que le centriste François Bayrou, à 11%, abandonne 1,5 point. A 9%, le candidat du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, gagne un demi-point. Les autres candidats sont sous les 3%.

• La cote de popularité de Sarkozy bondit

De toutes les personnes interrogées par l'institut LH2, 38% déclarent avoir une "opinions positive" du président-candidat, un niveau qu’il n’avait pas atteint depuis un an. Parmi eux, 8% disent même avoir une opinion "très positive" de lui. Parallèlement, la part des Français ayant une opinion négative du président diminue de 7 points (58%). Sa côte remonte particulièrement auprès des 18-24 ans, des 50-64 ans, des cadres, des ouvriers et des foyers aisés. Par ailleurs, elle progresse fortement auprès des sympathisants de la droite et surtout du Front national (+16 points).

Cette remontée peut en partie s'expliquer, selon l'institut de sondage, par la forte présence médiatique du chef de l'Etat au cours des dernières semaines, avec son interview télévisée diffusée sur 9 chaînes (29 janvier), son entretien avec Angela Merkel (6 février), son interview au Figaro Magazine (9 février), puis l’officialisation de sa candidature sur TF1 (15 février), suivie le lendemain de son meeting à Annecy (Isère).

 

L'enquête Ipsos a été réalisée par téléphone les 17 et 18 février 2012 auprès de 969 personnes constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Sondage réalisé par l’institut LH2 pour Le Nouvel Observateur les 17 et 18 février 2012, par téléphone, sur un échantillon de 967 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.