Cet article date de plus de dix ans.

Raymond Aubrac, figure de la Résistance, est mort

L'époux de Lucie Aubrac est mort à l'âge de 97 ans mardi soir, a annoncé sa fille.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Raymond Aubrac lors d'un rassemblement contre la privatisation de La Poste, à Paris, le 2 novembre 2009. (JOEL SAGET / AFP)

La France perd l'une des plus grandes figures de la Résistance. A 97 ans, Raymond Aubrac est mort dans la soirée du mardi 10 avril à l'hôpital militaire du Val-de-Grâce à Paris, a annoncé sa fille.

Il formait avec son épouse Lucie, décédée en 2007, un couple de résistants à l'occupation nazie et au régime de Vichy pendant la seconde guerre mondiale.

France 2 - Daniel Wolfromm

Arrêté avec Jean Moulin

De son vrai nom Raymond SamuelAubrac a cofondé le mouvement "Libération Sud". Il côtoie entre autres Jean Moulin et est arrêté en même temps que le chef du Conseil national de la Résistance (CNR), en juin 1943 à Caluire, près de Lyon. 

Il parvient à s'échapper lors d'une opération menée par son épouse, avec laquelle il finit par rejoindre Londres, base de la "France libre" du général de Gaulle. Il a tout juste 30 ans quand il débarque en Provence en août 1944.

"Compagnon de route" du Parti communiste

Après la Libération, fort de sa formation d'ingénieur civil à l'école des Ponts et Chaussées et à Harvard, il participe à la reconstruction de la France. 

Influencé par la pensée marxiste, "compagnon de route" du Parti communiste, Raymond Aubrac se lie d'amitié avec le leader nord-vietnamien Hô Chi Minh et participe aux discussions diplomatiques pendant la guerre du Vietnam.

Interrogé par Le Monde en 2011 sur ce dont il était le plus fier, le résistant avait répondu : "Du choix de ma compagne. (…) Dans la vie, vous savez, il n'y a que trois ou quatre choix fondamentaux à faire. Tout le reste est affaire de hasard."

France 2 - Aurélie Erhel et Olivier Martinez

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.