Cet article date de plus de cinq ans.

Le fondateur d'Auchan s'invite chez les Jeunes communistes pour les sermonner

Fâché après avoir été mis en cause dans une affiche du parti communiste, Gérard Mulliez, 83 ans, a poussé la porte d'une réunion militante pour faire valoir ses arguments, rapporte "La Voix du Nord".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le fondateur d'Auchan Gérard Mulliez lors d'une conférence de presse, le 13 janvier 2014 à Marcq-en-Barœul (Nord). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Il n'était pas prévu au programme, mais tant pis. Le fondateur d'Auchan Gérard Mulliez s'est invité dans une réunion des Jeunes communistes pour interpeller les militants pendant plusieurs minutes, samedi 21 février à Lille (Nord). Selon La Voix du Nord, qui raconte la scène, les échanges entre le milliardaire de 83 ans et les jeunes militants sont restés infructueux.

Point de départ de cette étonnante rencontre, les nouvelles affiches du PCF nordiste, tirées à 8000 exemplaires. L'homme d'affaires est accusé d'être un "profiteur de la crise" et d'avoir empoché "126 millions d'euros de cadeau fiscal" l'année dernière.

Sauf que Gérard Mulliez, lui aussi, lit les affiches dans la rue. Cet après-midi là, vers 16h30, il gare sa Range Rover en double file dans la rue d'Artois, selon les militants interrogés par La Voix du Nord.

Dialogue de sourd, "charabia" et "lutte des classes"

Troisième fortune de France, le patron d'Auchan pousse la porte et interpelle un militant. Après un moment de flottement, Gérard Mulliez ôte sa casquette et l'assemblée le reconnaît. Le débat s'engage alors, pendant cinq minutes environ. L'homme d'affaires explique qu'il "crée des emplois avec [ses] magasins", tandis que ses interlocuteurs estiment que ces mêmes salariés lui permettent "de verser des dividendes toujours plus grands aux actionnaires".

Conclusion ? Le fondateur d'Auchan accuse les communistes d'utiliser un "charabia idéologique". Ces derniers, eux, trouvent que Gérard Mulliez "est l'illustration parfaite de la lutte des classes". Bref, pour trouver l'harmonie, les deux parties auront sans doute besoin de nouvelles réunions.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.