Cet article date de plus d'onze ans.

Première apparition d'Eva Joly depuis sa chute

La candidate écologiste portait des lunettes noires pour camoufler ses hématomes, lors d'un meeting à Saint-Herblain, près de Nantes (Loire-Atlantique), mercredi soir.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Eva Joly, la candidate écologiste, lors d'un meeting à Nantes (Loire-Atlantique), le 4 avril 2012. (FRANCK DUBRAY / OUEST FRANCE / MAXPPP)

"Qu'est-ce qu'elle a ma gueule ?", a lancé en souriant Eva Joly mercredi 4 avril. Pour sa réapparition en public, la première depuis sa chute à la sortie d'un cinéma parisien dimanche, la candidate d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) avait décidé de camoufler ses hématomes derrière des lunettes de soleil. "Aujourd'hui, j'ai des petits bleus mais ils sont camouflés", a-t-elle dit avant de débuter son discours. En meeting à Saint-Herblain, près de Nantes (Loire-Atlantique), la candidate écologiste est intervenue peu après 21h15.

Depuis sa chute, qui a nécessité une brève hospitalisation lundi, le programme de la campagne a été allégé. Mais Eva Joly n'a rien laissé paraître, et s'est montrée combative dans ses propos. "Malgré quelques bleus, malgré les sondages (...), une fois de plus ma campagne ne s'arrête pas", a-t-elle dit. "Qu'est-ce qu'elle a ma gueule ?", a-t-elle lancé en souriant avant de débuter son discours.

 

 -
"Qu'est ce qu'elle a ma gueule?" - (Francetv info)

"Je vais bien, malgré les coups du sort"

La candidate écologiste, qui recueille 2% d'intentions de vote selon le dernier sondage Ipsos-Logica publié mardi, a également cité François Mitterrand pour montrer qu'elle va mieux : "Etre d'accord avec soi-même, je ne connais pas meilleur bulletin de santé !". "Je vais bien, malgré les coups du sort", a-t-elle assuré.

Eva Joly a consacré le reste de son discours aux problématiques écologiques. "Il y a une crise économique qui nous ruine. Il y a une crise sociale qui nous écrase. Il y a surtout une crise écologique qui nous menace", a-t-elle notamment déclaré.

"Nous ne devons pas laisser un seul jour de répit à Nicolas Sarkozy", a-t-elle ajouté, virulente. "Le président de la République impliqué dans le financement illicite de deux campagnes présidentielles...", a-t-elle poursuivi. "Tant qu'il n'aura pas de lui-même fourni les explications au juge Gentil, ce candidat n'aura pas sa place dans cette élection".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.