Emeutes en Nouvelle-Calédonie : cinq "responsables radicaux" assignés à résidence, annonce Gérald Darmanin

Article rédigé par Mathilde Goupil, Clément Parrot
France Télévisions
Publié Mis à jour
Le président de la République Emmanuel Macron salue sur le perron de l'Elysée à Paris, le 14 mai 2024. (LUDOVIC MARIN / AFP)
Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a annoncé avoir assigné à résidence cinq personnes dans la foulée de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence en Nouvelle-Calédonie, en proie à de violentes émeutes.

Ce qu'il faut savoir

Ce direct est maintenant terminé.

Le gouvernement hausse le ton en réaction aux émeutes en Nouvelle-Calédonie qui ont fait quatre morts, dont un gendarme. "Je viens de signer les cinq premiers arrêtés d'assignation à résidence de responsables radicaux et violents", a annoncé le ministre de l'Intérieur sur X. "Sur mon instruction, des perquisitions administratives seront menées par les forces de l'ordre immédiatement", a-t-il ajouté. Après avoir décrété l'état d'urgence pour 12 jours à partir de ce mercredi 20 heures (soit jeudi à 5 heures en Nouvelle-Calédonie), Gabriel Attal a notamment annoncé l'interdiction de l'application TikTok et le déploiement de l'armée pour sécuriser les ports et l'aéroport de l'archipel. De son côté, le président de la République a renoncé à un déplacement prévu jeudi matin sur le site de l'EPR à Flamanville (Manche) pour présider une "réunion de suivi" sur la situation. 

Emmanuel Macron demande au gouvernement de déclarer l'état d'urgence dans l'archipel. "Toutes les violences sont intolérables et feront l'objet d'une réponse implacable pour assurer le retour de l'ordre républicain", a déclaré l'Elysée dans un communiqué. 

Quelque 1 800 policiers et gendarmes déjà présents en Nouvelle-Calédonie. Le ministère de l'Intérieur annonce que 500 agents arriveront en renforts dans les prochaines heures.

Les principaux partis appellent "au calme et à la raison". "Nous sommes convaincus que c'est par le dialogue et la résilience que nous pourrons sortir collectivement de cette situation", ont déclaré les principaux partis indépendantistes et non indépendantistes de l'archipel dans un communiqué commun, appelant "au calme et à la raison"

 L'Assemblée nationale adopte la réforme. L'Assemblée nationale a adopté la révision constitutionnelle réformant le corps électoral, tant décriée par les indépendantistes, dans la nuit du mardi 14 au mercredi 15 mai. Le texte a recueilli 351 voix pour et 153 contre. La gauche s'est opposée à son adoption.

Le Live

L'actu en continu
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #NOUVELLE_CALEDONIE Au total, "64 gendarmes et policiers ont été blessés" et "près de 200 émeutiers ont été interpellés" depuis lundi, a annoncé Louis Le Franc, haut-commissaire de la République, dans un communiqué.
    editor-image
    (Delphine Mayeur / AFP)
  • Avatar
    Avatar
    alerte franceinfo
    Il y a 0 sec
    #NOUVELLE_CALEDONIE Quelque 70 interpellations ont eu lieu au cours des dernières 24 heures en Nouvelle-Calédonie, selon le Haut-commissariat de la République.
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #NOUVELLE_CALEDONIE Le réseau social, propriété de la société chinoise ByteDance, est un des vecteurs de communication préférés entre les groupes qui commettent des violences depuis trois nuits en Nouvelle-Calédonie.
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #NOUVELLE_CALEDONIE On en sait un peu plus sur l'interdiction de TikTok en Nouvelle-Calédonie, annoncée par Gabriel Attal. Cette interdiction "est en vigueur" et "fonctionne opérationnellement" sur les téléphones portables dans l'archipel, a précisé Matignon. "C'est l'office des postes et des télécommunications de Nouvelle-Calédonie [établissement public du gouvernement de Nouvelle-Calédonie] qui intervient depuis hier pour bloquer les accès à l'application TikTok", a-t-on ajouté.
  • Avatar
    Avatar
    Mathilde Goupil
    franceinfo Il y a 0 sec
    #NOUVELLE_CALEDONIE Bonsoir @Felis. L'Azerbaïdjan a noué des liens étroits avec les cadres de la mouvance indépendantiste, expliquait Nouvelle-Calédonie la 1ère dans cet article. Interrogée sur l'existence d'une "ingérence étrangère" dans les violences en cours en Nouvelle-Calédonie, la porte-parole du gouvernement, Prisca Thevenot, a botté en touche tout à l'heure. Elle a assuré qu'elle ne ferait "pas de commentaire". Difficile de vous répondre à cette heure.
  • Avatar
    Avatar
    Felis
    Il y a 0 sec
    #NOUVELLE_CALEDONIE Bonsoir. Sur les réseaux sociaux on peut voir un supposé lien entre l'Azerbaïdjan et les évènements qui se déroulent actuellement en Nouvelle-Calédonie. Qu'en est-il réellement ?
  • Avatar
    Avatar
    Yves Jégo
    ancien secrétaire d'Etat à l'Outre-mer Il y a 0 sec
    "C'est plus qu’une insurrection, c'est un risque de guerre civile entre les indépendantistes et les loyalistes."
    #NOUVELLE_CALEDONIE Sur franceinfo, Yves Jégo se dit "très préoccupé" par la situation en Nouvelle-Calédonie. Selon lui, au-delà de la mise sur pause de la révision constitutionnelle sur le corps électoral, il faut "un plan global, qui nécessitera peut-être une loi spécifique voire une loi de programmation d'un certain nombre de dispositifs".
  • Avatar
    Avatar
    franceinfo
    Il y a 0 sec
    #NOUVELLE_CALEDONIE "Des perquisitions administratives seront menées par les forces de l’ordre immédiatement", précise aussi Gérald Darmanin.
  • Avatar
    Avatar
    alerte franceinfo
    Il y a 0 sec
    #NOUVELLE_CALEDONIE Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, annonce sur X avoir "signé les cinq premiers arrêtés d’assignation à résidence de responsables radicaux et violents" en Nouvelle-Calédonie, deux heures après l'instauration de l'état d'urgence.
  • Avatar
    Avatar
    Mathilde Goupil
    franceinfo Il y a 0 sec
    #NOUVELLE_CALEDONIE De son côté, Nicolas Hervieu, professeur de droit public, estime sur le réseau social que "le lien avec le terrorisme est plus que douteux" ici, et que la légalité de cette décision est "discutable". Dans tous les cas, il rappelle qu'il s'agit d'une mesure "sans précédent".