En Martinique, les violences prennent de l'ampleur

Publié Mis à jour
En Martinique, les violences prennent de l'ampleur
France 2
Article rédigé par
A. Lay, M. de Chalvron, J.-J. Buty, L. Lavieille, J. Dulio, L. Feuillebois - France 2
France Télévisions

Le mouvement de contestation né du refus de l'obligation vaccinale pour les soignants s'est transformé en crise sociale. Vendredi 26 novembre, le GIGN a dû intervenir face aux jeunes.

Cinquième nuit de violences en Martinique. Le face-à-face se fait de plus en plus tendu entre les forces de l'ordre et les émeutiers. La situation a dégénéré vendredi 26 novembre dans le quartier de la Batelière à Fort-de-France. Les appels au calme restent vains. Les gendarmes ont été appelés pour disperser des hommes cagoulés retranchés derrière une voiture brûlée. Mais rapidement, les gendarmes essuient un premier tir. Le GIGN est immédiatement appelé pour tenter de maîtriser le tireur.

Des bâtiments pillés et/ou incendiés

Pour la première fois depuis le début des émeutes, des véhicules blindés sont mobilisés. Le tireur n'a pas été arrêté. Bilan : deux blessés légers. Plusieurs quartiers de Fort-de-France ont connu des scènes de pillage. Un lycée professionnel du Lamentin a été cambriolé. Un bureau de poste a été attaqué avec un engin de chantier. La boutique d'une station-service a été incendiée par des pillards. Le feu a été éteint samedi matin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.