EN IMAGES. "Serpillière" ou "torchon" ? "Crayon à papier" ou "crayon gris" ? Cinq cartes du français de nos régions

Dans son ouvrage "Atlas du français de nos régions", le linguiste Mathieu Avanzi s'intéresse aux différences de langage selon les régions. 

Capture d\'écran d\'un tweet d\'une carte de linguiste Mathieu Avanzi issu de son livre \"Atlas du français de nos régions\", aux éditions Armand Colin.
Capture d'écran d'un tweet d'une carte de linguiste Mathieu Avanzi issu de son livre "Atlas du français de nos régions", aux éditions Armand Colin. (ARMAND COLIN / FRANCEINFO)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

On connaît l'éternel débat linguistique entre ceux qui achètent un "pain au chocolat" et ceux qui préfèrent déguster "une chocolatine". Mais c'est loin d'être le seul différend sémantique qui oppose les Français. Dans son ouvrage, Atlas du français de nos régions (Armand Colin), publié en octobre, le linguiste Mathieu Avanzi s'intéresse à toutes les petites différences géographiques en termes de langage, qu'il a synthétisées sous forme de cartes.

"Les cartes ont été générées à partir des résultats d’enquêtes dirigées par des linguistes des universités de Louvain-la-Neuve, Zurich, Genève, Strasbourg, Neuchâtel, Paris-Sorbonne et Bangor", explique l'auteur sur son site. Franceinfo vous propose de découvrir cinq d'entre elles. 

"Crayon à papier" ou "crayon gris" ?

Vous devez faire un schéma à votre collègue et cherchez quelque chose pour griffonner. Lui demandez-vous un "crayon à papier" ou un "crayon gris" ? Tout dépend d'où vous vivez. Les Normands ou les habitants de Nouvelle-Aquitaine parleront de "crayon à papier", tandis que ceux qui vivent en Paca ou dans le Finistère réclameront un "crayon gris". Les habitants de Troyes ou de Nancy préfèrent, quant à eux, les "crayons de papier", tandis que les Wallons et les Mosellans parlent simplement de "crayon". 

"Pain au chocolat" ou "chocolatine" ? 

Sauf si vous venez du quart sud-ouest de la France, loin de vous l'idée de demander une "chocolatine" à votre boulanger. Vous préférez parler de "pain au chocolat". Si vous habitez dans le Nord ou en Alsace, vous dégustez des "petits pains au chocolat". Même en cas de grosse faim. 

"Persi" ou "persil" ?

Faut-il prononcer le L de "persil" ? C'est un grand débat linguistique qui divise les francophones en deux camps irréconciliables. 

"Reunar" ou "r'nar"

Comment appeler ces boules de poils roux ? Là encore, la France est divisée en deux : ceux qui prononcent le E de "renard" et ceux qui ne le prononcent pas.  

"Serpillière", "torchon", "cinse" ou "wassingue" ?

C'est peut-être le mot autour duquel il existe le plus de différences selon les régions. Au total, en comptant les parties francophones de la Belgique et de la Suisse, il existe douze façons différentes de qualifier une serpillière. On parle, par exemple, de "wassingue" dans le Nord et le Pas-de-Calais, de "pièce" dans le Var, de "cinse" en Charente-Maritime ou de "torchon" en Wallonie.