Cet article date de plus de cinq ans.

La rupture conventionnelle, une pratique de plus en plus courante

Publié
Durée de la vidéo : 1 min.
La rupture conventionnelle, une pratique de plus en plus courante
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Près de 330 000 ruptures conventionnelles ont été signées en 2014. Employeurs et salariés partent à l'amiable, mais plusieurs syndicats dénoncent des licenciements déguisés.

Quitter une entreprise sans se faire licencier et sans démissionner, c'est possible depuis 2008 grâce aux ruptures conventionnelles. Le dispositif connaît un franc succès, son nombre n'a cessé d'augmenter depuis sa création avec un record battu en 2014 : plus de 330 000 ruptures conventionnelles. Il faut dire qu'elle arrange à la fois les employeurs et les employés.

Pour les salariés, la rupture conventionnelle a deux avantages. Elle permet de toucher une indemnité : au minimum 20% du salaire mensuel par année d'ancienneté. Et surtout, de conserver le droit à l'allocation chômage, contrairement à une démission.

Des dérives pointées du doigt 

Pour les employeurs, la rupture conventionnelle est moins coûteuse qu'un licenciement, et surtout, ils peuvent prévoir le montant de l'indemnité qu'ils vont devoir payer au salarié, ce qui n'est pas le cas avec les prud'hommes. Un succès qui cache mal quelques dérives. Certaines entreprises en profitent pour se séparer de leurs salariés contre leur volonté quand ils ne sont pas assez performants, ou quand ils sont à quelques années de la retraite.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.