VIDEO. Retour de jihadistes français : "Ceux qui ont combattu, ce sont des ennemis", juge Jean-Yves Le Drian

Le ministre des Affaires étrangères était l'invité d'Europe 1 vendredi.

Cette vidéo n'est plus disponible
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le groupe terroriste Etat islamique est en grande difficulté en Irak et en Syrie et la question du retour en France de jihadistes français est de plus en plus brûlante. "Ceux qui ont combattu ou qui sont présents dans la zone, que cela soit à Raqqa, à Mossoul ou ailleurs, ne sont pas allés là-bas par hasard, faire du tourisme, a déclaré le ministre des Affaires étrangères français, Jean-Yves Le Drian, vendredi 10 novembre, sur Europe 1.

"Ils savaient vraiment ce pourquoi ils se rendaient sur place, c'est-à-dire pour combattre avec Daech. Donc, ce sont des ennemis, ils ont combattu la France, a-t-il ajouté. Ils ont contribué à faire en sorte qu'il y ait des attentats dans ce pays, mais aussi dans d'autres pays."

690 Français sur place

Sur franceinfo vendredi matin, le procureur de la République de Paris, François Molins, a évoqué 690 Français présents dans la zone irako-syrienne, dont 295 femmes et 28 "mineurs combattants de plus de 15 ans".

"Certains pourront être rapatriés, d'autres jugés sur place, a déclaré Emmanuel Macron à France 2 en marge de l'inauguration du Louvre Abu Dhabi (Arabie saoudite), mercredi. "Pour les femmes et les enfants, ce sera du cas par cas, en fonction des situations. Lorsqu'ils reviennent en France, les adultes sont soumis à la justice française, sont incarcérés, seront jugés (…) et pour ce qui est des enfants, ils font l'objet, d'ores et déjà, d'une procédure toute particulière et d'un suivi très particulier sur le plan médical et psychiatrique", a détaillé le président.

Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, à Abidjan (Côte d\'Ivoire), le 2 octobre 2017.
Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, à Abidjan (Côte d'Ivoire), le 2 octobre 2017. (SIA KAMBOU / AFP)