Maroc : Christiane Taubira prend la défense de Thomas Gallay, ce Français accusé de soutien au terrorisme

L'ancienne garde des Sceaux, Christiane Taubira, vient à la rescousse d'un Français condamné à six ans de prison au Maroc, qui clame son innocence.

L\'ancienne ministre de la Justice, Christiane Taubira, en janvier 2016.
L'ancienne ministre de la Justice, Christiane Taubira, en janvier 2016. (JEWEL SAMAD / AFP)

Christiane Taubira prend la parole pour défendre Thomas Gallay. Cet ingénieur français de 37 ans a été arrêté en février 2016 à Essaouira, au Maroc, dans le cadre d'un coup de filet antiterroriste. Il est soupçonné de s'être converti à l'islam et d'avoir soutenu financièrement une cellule terroriste. Il a même été condamné en première instance par la justice marocaine à six ans de prison. Or, "tout est faux", dit-il.

Christiane Taubira; l'ancienne ministre de la Justice, a décidé de soutenir aujourd'hui ce combat. Il faut dire que le Français est au coeur d'une nouvelle bataille judiciaire, avec son procès en appel, le 4 janvier dernier. Un procureur marocain a requis la confirmation des six ans de prison prononcés lors du premier procès. La prochaine audience d'appel aura lieu le 22 février prochain.

De la "maltraitance judiciaire"

Or, Thomas Gallay affirme avoir simplement donné 70 euros à un Marocain dont il ignorait ses liens présumés avec un réseau djihadiste. Le problème, c'est que l'ingénieur français a signé à son insu des aveux en arabe, langue qu'il ne comprend pas. Il a ainsi reconnu s'être converti à l'islam et soutenir le groupe État islamique.

Capture d\'écran de la page Facebook du comité de soutien à Thomas Gallay
Capture d'écran de la page Facebook du comité de soutien à Thomas Gallay (COMITÉ DE SOUTIEN À THOMAS GALLAY / FACEBOOK)

Cette version a convaincu Christiane Taubira, puisqu'elle affirme qu'"il semble bien que Thomas Gallay ait signé un procès-verbal rédigé dans une langue qu'il ne comprend pas, sans bénéficier de l'assistance d'un interprète." Par ailleurs, l'ancienne garde des Sceaux souligne "qu'il y a des reports d'audiences qui constituent de la maltraitance judiciaire."

Sans commettre ni ingérence judiciaire, ni impair diplomatique, il est possible pour les autorités françaises de demander que ce jeune homme dispose d'un procès équitable.Christiane Taubira, ancienne ministre de la Justiceà franceinfo

L'ancienne garde des Sceaux explique avoir alerté le Quai d'Orsay, qui assure être mobilisé. Les autorités consulaires suivent le dossier et le soutien de Christiane Taubira est jugé capital par la mère de Thomas Gallay. Béatrice Gallay affirme même que "c'est un énorme événement que l'ancienne Garde des Sceaux s'exprime sur le sujet." Elle ajoute que "c'est une femme qui a toujours montré beaucoup de courage dans ses engagements, et qui le montre une fois de plus aujourd'hui".