Près de 500 jihadistes français sont toujours sur le théâtre syro-irakien, selon Le Drian

"Le retour en France par leurs propres moyens est extrêmement difficile", a déclaré le chef de la diplomatie française sur BFMTV, vendredi.

Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à Riyad, la capitale saoudienne, le 16 novembre 2017.
Le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, à Riyad, la capitale saoudienne, le 16 novembre 2017. (FAYEZ NURELDINE / AFP)

Le groupe Etat islamique est en déliquescence. Et environ 500 jihadistes français se trouvent encore sur le théâtre syro-irakien, a indiqué le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, vendredi 8 décembre, sur BFMTV. "Il y a un chiffre qui tourne autour de 500 [jihadistes] qui sont là et qui seront faits prisonniers ou s'éparpilleront ailleurs", a-t-il déclaré.

Retour "extrêmement difficile" pour eux

"Le retour en France par leurs propres moyens est extrêmement difficile", a souligné le chef de la diplomatie française, sans plus de précisions. La ministre des Armées Florence Parly avait jugé, en octobre, qu'il fallait "neutraliser un maximum de jihadistes" et que s'ils "périssent dans les combats (...) c'est tant mieux".

Le groupe Etat islamique a perdu la quasi-totalité de son emprise terroriale et ne contrôle plus que quelques poches à la frontière entre la Syrie et l'Irak. Ce recul a été permis "grâce à l'action de la coalition (internationale emmenée par les Etats-Unis), grâce aussi sur la fin à celle du régime de Damas soutenu par la Russie, mais uniquement à la fin", a souligné le ministre des Affaires étrangères.