Dans le Bas-Rhin, une école intègre un chien pour apaiser des enfants atteints de troubles autistiques

Publié
Durée de la vidéo : 1 min
Dans le Bas-Rhin, une école intègre un chien pour apaiser des enfants atteints de troubles autistiques -
Dans le Bas-Rhin, une école intègre un chien pour apaiser des enfants atteints de troubles autistiques Dans le Bas-Rhin, une école intègre un chien pour apaiser des enfants atteints de troubles autistiques - (FTR)
Article rédigé par Véronique Dalmaz
France Télévisions - Rédaction Culture
L’école élémentaire de Huttenheim a depuis trois mois un drôle de nouvel élève. Un berger australien va chaque jour en cours avec les élèves de l’Unité localisée pour l’inclusion scolaire (Ulis). Les résultats sont spectaculaires. #IlsOntLaSolution

Pirate a fait sa rentrée scolaire en décembre 2022. Le berger australien est désormais le compagnon de neuf élèves, des enfants de 9 à 11 ans qui souffrent de troubles du spectre de l’autisme. "L’objectif principal est l’apaisement et la régulation émotionnelle. S’ils n’ont pas ça, ces enfants ne peuvent pas rentrer dans l’apprentissage", explique Nancy Mazimann, propriétaire de Pirate et accompagnante d'élèves en situation de handicap (AESH).

La présence du berger australien a très vite été bénéfique. "On a des enfants qui ont commencé à parler alors qu’auparavant ils ne disaient pas un mot. D’autres qui étaient dans leur bulle, ce sont ouverts aux autres", témoigne leur enseignante, Aurélie Unger, professeure des écoles et coordinatrice du dispositif Ulis (Unité localisée d'inclusion scolaire).

Des progrès scolaires  

Outre sa présence qui rassure, Pirate permet aussi aux enfants de progresser d’un point de vue scolaire. En lisant des histoires à haute voix à leur nouveau camarade, les élèves s’améliorent en lecture. Quand ils jouent à la balle avec lui, certains développent la motricité. "Effectivement, on se sert du chien pour travailler plein de compétences", rapporte Nancy Mazimann, à l’origine de ce projet.

C’est elle qui a proposé d’intégrer son chien au sein de la classe Ulis. Confrontée au handicap dans sa famille, elle a constaté les effets bénéfiques de Pirate sur ses proches et a souhaité transposer ces bienfaits en milieu scolaire. Aujourd’hui, la direction de l’école s’en félicite. "Sans être une baguette magique, Pirate apporte du plus. C’est vraiment inattendu", rapporte Christelle Ghenzi.

Un projet d'innovation pédagogique a été déposé pour consolider le dispositif et, ainsi, le promouvoir dans d'autres établissements.

 

 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.