À Castres, la Police nationale s'associe avec une discothèque pour lutter contre l'accès aux mineurs dans les boites de nuit

Publié
À Castres, dans le Tarn, le directeur d'une boîte de nuit et la Police nationale s'associent pour lutter contre un phénomène qui s'intensifie : l'utilisation par des mineurs de cartes d'identités de personnes majeures pour pouvoir rentrer dans une structure interdite aux moins de 18 ans.
FTR
Article rédigé par
Diego Caparros - franceinfo
France Télévisions

À Castres, dans le Tarn, le directeur d'une boîte de nuit et la Police nationale s'associent pour lutter contre un phénomène qui s'intensifie : l'utilisation par des mineurs de cartes d'identités de personnes majeures pour pouvoir rentrer dans une structure interdite aux moins de 18 ans. Désormais, la police viendra les récupérer sur place en cas de fraude avérée. #IlsOntLaSolution

Difficile de franchir la porte d'une discothèque sans apercevoir les panneaux signalant l'interdiction d'accès aux mineurs, disposés à l'entrée. Charles Cimarosti dirige une discothèque dans le Tarn : "On a mis en place toute une signalétique pour expliquer que l'on ne peut pas accepter des mineurs au sein de la structure." Depuis plusieurs semaines, il se confronte à un problème récurrent : l'utilisation frauduleuse de cartes d'identité par des mineurs afin de pouvoir rentrer dans son établissement.

Cartes d'amis majeurs, photographies qui prêtent à confusion, les stratagèmes utilisés par les adolescents pour entrer se suivent et se ressemblent. Une fois à l'intérieur, certains dangers potentiels sont à leur portée. "Le risque d'avoir des jeunes alcoolisés qui peuvent après avoir un accident ou un problème de suralcoolisation à l'intérieur de l'établissement. Il peut en découler des problèmes conséquents de sécurité" souligne Charles. Dans ce contexte, il a conclu un partenariat avec la Police nationale pour limiter et prévenir l'entrée illégale des jeunes de moins de 18 ans.

Convoquer les parents au commissariat

Pour les directeurs d'établissements de nuit, les risques sont également de taille. Étant responsable de ce qui se passe dans ses murs, Charles risque la fermeture administrative en cas de contrôle, car il est interdit de vendre de l'alcool aux mineurs. C'est pour éviter ce genre de problèmes qu'il a fait appel aux autorités.

"On a décidé d'une stratégie. Si le mineur essaie de rentrer avec une fausse pièce d'identité ou avec celle d'un majeur, il est maintenu et on appelle la police. Les parents seront convoqués au commissariat pour venir récupérer leur enfant, avec une explication", détaille un commisaire de police. Cela dans le but de faire prendre conscience aux enfants et aux parents des risques encourus.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.