Piste de ski, tyrolienne, cendriers pour voter... Les projets les plus insolites des Parisiens pour leur ville

Sur la plateforme du Budget participatif de Paris, des projets sérieux ont été déposés par les habitants de la capitale. Mais d'autres laissent songeur...

Le parc des Buttes-Chaumont, dans le 19e arrondissement à Paris. 
Le parc des Buttes-Chaumont, dans le 19e arrondissement à Paris.  (GARDEL BERTRAND / HEMIS.FR / HEMIS.FR)
avatar
Juliette CampionfranceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Les Parisiens ne manquent pas d'imagination. Depuis la création du Budget participatif de Paris, en 2014, environ 2 000 propositions sont déposées chaque année par les habitants de tous les arrondissements. Ainsi, 161 projets ont vu le jour à la fin 2017 et 209 sont en cours de réalisation.

Mais si certaines idées ont une véritable utilité – l'accessibilité pour tous dans les piscines, l'installation d'une halle de marché dans le 19e arrondissement –, d'autres suggestions sont plus surprenantes, voire franchement farfelues. En 2016, Le Parisien avait déjà relevé un "Cannabis Social Club", des toilettes pour chiens (à nouveau proposées cette année) ou encore un téléphérique au-dessus des Champs-Elysées. L'année dernière, un habitant du 18e arrondissement avait proposé à la mairie de raser le Sacré-Cœur, reprochant à cette "verrue versaillaise" d'insulter "la mémoire de la Commune de Paris"

Alors que le dépôt des projets pour l'année 2017 s'est terminé dimanche 4 février, franceinfo vous propose un petit florilège des propositions les plus étonnantes.

Une tyrolienne dans le 19e arrondissement 

Descendre l'avenue de Laumière dans les airs : un habitant propose d'installer une tyrolienne afin de permettre aux "petits et grands de rejoindre facilement la station de métro depuis le parc des Buttes-Chaumont." Mahor Chiche, adjoint au maire du 19e arrondissement chargé de la démocratie locale, explique que l'idée ne pourra pas être retenue car "elle nécessite des dépenses de fonctionnement", l'un des critères éliminatoires pour la plateforme. Il n'est toutefois par étonné par ce projet qui le fait sourire : "On avait déjà eu des propositions similaires, parce que certaines pentes du 19e sont assez abruptes", explique-t-il à franceinfo, glissant au passage qu'il a connu des projets encore plus farfelus. 

Comme "Kong". "Un habitant proposait d’installer une cage à singes dans le parc des Buttes-Chaumont avec, à l’intérieur, deux espèces protégées, sourit l'élu. En principe, on pouvait le faire. Mais il souhaitait, en clin d'œil au film King Kong, que chaque dernier dimanche du mois, une jeune femme ait le privilège de rencontrer le singe." Compliqué à mettre en place, en effet. 

Des camions pour arroser les "pisseurs" 

Parmi les projets proposés, plusieurs traduisent l'agacement des Parisiens face aux incivilités du quotidien et notamment celles des urineurs intempestifs. Pour y remédier, un internaute propose que la Ville investisse dans des camions qui arroseraient les "pisseurs". Il affirme que son idée lui vient d'Inde, où la pratique serait déjà mise en place à en juger par une vidéo qu''il prend en exemple. 

Contactée par franceinfo, Pauline Véron, adjointe à la maire de Paris chargée de la démocratie locale, ne juge pas cette proposition réalisable, pour des raisons principalement écologiques : "En termes de plan climat, faire circuler des camions pour repérer des gens qui pissent, c'est problématique. En plus, c'est plutôt du fonctionnement que de l'investissement". Elle avance toutefois d'autres propositions pour lutter contre les "pisseurs" de rue, comme des peintures qui éclaboussent. C'est d'ailleurs ce dispositif de mur hydrophobe qu'avait proposé un Parisien lors du budget participatif de 2016

Un arbre de la laïcité à 4 000 euros

Ces "arbres de la laïcité" existent déjà dans plusieurs communes de France. Ils sont plantés pour célébrer la loi de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat. Un Parisien propose d'en planter un dans chaque arrondissement et évalue leur coût à 4 000 euros par arbre. Trop cher ? Pauline Véron pense même que la somme est sans doute "sous-évaluée". "Il ne s'agit pas seulement de planter un arbre. C'est le coût de la plantation avec le salaire des personnes qui sont mobilisées à ce moment-là. Plus faire venir l'arbre depuis la pépinière." Toutefois, ce projet pourrait, selon elle, être retenu car il remplit les critères de la plateforme. 

Des cendriers pour voter 

"Associer jeu et propreté" : c'est la proposition d'un Parisien pour lutter contre les mégots jetés sur les trottoirs. Rappelons qu'en 2016, 80 bénévoles avaient ramassé 25 000 mégots en une heure et demie autour du bassin de la Villette. Son idée ? Permettre aux fumeurs, au moment d'écraser leur cigarette, de se prononcer sur une proposition en fonction de l'endroit où ils jettent leur mégot, dans un cendrier "votable" : colonne de gauche pour une réponse, colonne de droite pour l'autre. Par transparence et en fonction du remplissage de chaque colonne, on voit d'emblée quelle proposition a remporté le plus de suffrages.

Ce projet a déjà été accepté l'année dernière et Pauline Véron informe franceinfo qu'il est déjà en train d'être mis en place. L'idée existe également à Nantes (Loire-Atlantique), Bordeaux (Gironde), Londres ou encore Edimbourg. 

Une piste de ski dans un square du 11e 

Peut-être que les descentes à ski de Montmartre, après les chutes de neige du 6 février, ont donné des idées à cet internaute. Il imagine une piste artificielle dans le petite square de la Roquette, qui n'a pourtant pas de relief particulier. Il précise qu'elle pourrait également être utilisée l'été, avec des "skis à roulettes". Pauline Véron ne semble pas très favorable à l'idée : "Ce projet, qui nécessite de la neige artificielle, va clairement à l'encontre des politiques publiques de la Ville, qui visent à réduire le réchauffement climatique. On ne peut pas accepter des projets qui entrent en contradiction avec les actions mises en œuvre par la Mairie de Paris." 

Cet habitant a proposé deux autres projets pour le 11e arrondissement : la mise en place d'une piste de mini-kart sur la place Léon-Blum ainsi que des bains chauds en plein air dans le square Maurice-Gardette. Rendez-vous de juillet à août, sur le site du Budget participatif de Paris, pour consulter les projets retenus.