Plus de 10 000 migrants vivent dans la "jungle" de Calais, selon une association

L'Auberge des migrants a effectué un recensement dans le bidonville calaisien entre le 10 et le 12 septembre. La population a encore augmenté malgré la volonté du gouvernement de démanteler le camp.

Une vue aérienne de la \"Jungle\" de Calais, le 16 août 2016. 
Une vue aérienne de la "Jungle" de Calais, le 16 août 2016.  (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

La barre des 10 000 migrants vivant dans la "jungle" de Calais a bien été dépassée, selon un recensement de la population du camp entrepris par l'association l'Auberge des migrants à la mi-septembre. Selon cette association, la population a augmenté de 12% en un mois : 10 088 personnes vivent actuellement dans cette zone, contre 9 106 le mois dernier.

Une grande majorité des migrants sont des Soudanais (43%) et des Afghans (33%). Viennent ensuite les Erythréens (9%) et les Ethiopiens (3,4%), majoritairement issus de l'ethnie Oromos, violemment réprimée par le pouvoir en place dans le pays. Selon le recensement de l'Auberge des migrants, 1 022 mineurs isolés vivent dans le bidonville calaisien.

L'Etat doit trouver 9 000 places d'hébergement

Ces dernières semaines, plusieurs chiffres sur la population vivant dans la "jungle" de Calais ont circulé. Ce dernier recensement inclut les migrants dormant sous une tente, mais aussi ceux hébergés au centre Jules Ferry et au Centre d'accueil provisoire (1 800 personnes environ).

Les ministres de l'Intérieur et du Logement, Bernard Cazeneuve et Emmanuelle Cosse, recevront les associations intervenant sur le campement, mardi à Paris. L'Etat a affirmé sa volonté de démanteler le camp dans les plus brefs délais. Mais l'exécutif doit trouver 9 000 places d'hébergement supplémentaires dans des Centres d'accueil et d'orientation (CAO) conçus comme des sas vers la demande d'asile.