Cet article date de plus de cinq ans.

Migrants : le gouvernement table sur 12 000 places d'hébergement d'ici à la fin de l'année

Selon "Le Figaro", lundi, ces places d'hébergement devront permettre de désengorger les camps de migrants de Calais et de Paris.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Vue aérienne du camp de migrants de la "jungle" à Calais (Nord), le 7 septembre 2016. (CHARLES PLATIAU / REUTERS)

Le gouvernement compte créer 12 000 places d'hébergement d'ici à la fin de l'année pour évacuer les migrants de Calais (Pas-de-Calais) et Paris, affirme Le Figaro (édition abonnés), mardi 13 septembre, en citant un document du ministère de l'Intérieur.

"Afin d'accueillir les migrants de Calais et de la plaque parisienne, le schéma de mobilisation de places d'hébergement sur l'ensemble du territoire a été validé", indique ce document daté du 1er septembre, envoyé aux préfets.

Encore 8 200 places à créer

L'objectif est de faire émerger "d'ici à la fin de l'année 2016" plus de 12 000 places dans des Centres d'accueil et d'orientation (CAO), ces sites créés il y a un an pour désengorger la "jungle" de Calais. Le document chiffre à 8 200 le nombre de nouvelles places à créer, compte-tenu de celles qui existent déjà.

Ces chiffres sont plus élevés que ceux annoncés par le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, lors d'une visite à Calais début septembre. Il avait assuré que l'Etat allait engager "la création d'ici à la fin de l'année de 2 000 nouvelles places en CAO". L'objectif affiché par l'Intérieur était de 5 000 places à la fin septembre.

La Corse et l'Ile-de-France pas concernées

Selon les instructions citées par Le Figaro, "il a été décidé d'écarter dans la répartition les régions Ile-de-France, particulièrement tendue sur la question de l'hébergement, et la Corse".

Ailleurs, la répartition se fera selon un "critère démographique pondéré par les efforts faits par chaque région",  avec, par exemple, 1 800 places à la région Auvergne-Rhône-Alpes, 1 500 en Aquitaine.... En ce qui concerne la capacité des centres, elle devra être d'"au moins 100 personnes et 300 maximum", et "les orientations devraient commencer à la mi-octobre". Cela coïnciderait avec l'ouverture du centre de transit pour migrants prévu à Paris. "La liste devra être remontée sans que soit au préalable recherché l'accord avec des élus locaux", affirme le document.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Migrants

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.