Calais : Emmanuel Macron s'adresse aux forces de l'ordre

Emmanuel Macron aime répéter que sa politique migratoire s'appuie sur deux notions : fermeté et humanité. Comment jongle-t-il avec ces deux idées ? En direct de Calais (Pas-de-Calais), Jeff Wittenberg suit le déplacement du chef de l'État ce mardi 16 janvier et nous en dit plus.

Voir la vidéo
FRANCE 2

"C'est un exercice délicat pour Emmanuel Macron, qui vient d'arriver à l'instant dans la caserne de la gendarmerie mobile de Calais", rapporte Jeff Wittenberg en direct de Calais (Pas-de-Calais) ce mardi 16 janvier. Un exercice d'équilibre entre humanité et fermeté. "L'humanité, on l'a vue ce matin auprès des centres qui accueillent les migrants. Deux associations boycotteront d'ailleurs la rencontre de cet après-midi. Quant à l'aspect sécurité, il se déroule devant les policiers. Le président leur a d'abord rendu hommage dans leur travail quotidien. Ils sont 1 130 ici, dans la région de Calais", précise le journaliste. 

La police doit être exemplaire

Le chef de l'État a dit deux choses très importantes. "Il veut que la police soit exemplaire, et que, si des mauvais traitements ont été infligés à des migrants, des enquêtes soient être menées et des sanctions prises. Et dans le même temps, Emmanuel Macron a indiqué que l'État serait intraitable face à ceux qui propagent de fausses informations sur d'éventuels débordements des policiers. L'État se réserve le droit d'attaquer en justice tous ceux qui colporteraient de fausses informations sur le travail des policiers. Voilà l'exercice d'équilibriste que tente d'accomplir à Calais le président Macron", conclut le journaliste. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Emmanuel Macron, le 16 janvier 2018, lors d\'un discours à Calais sur la crise des migrants.
Emmanuel Macron, le 16 janvier 2018, lors d'un discours à Calais sur la crise des migrants. (DENIS CHARLET / AFP)