Plus d'autonomie pour la Guadeloupe ?

Publié Mis à jour
BON Plus d'autonomie pour la Guadeloupe ?
France 2
Article rédigé par
C. Demangeat, L. Pekez, A. Bourse, S. Boujaama, L. Pechkechian, V. Castel, D. Schlienger - France 2
France Télévisions

Le gouvernement s'est dit prêt à discuter de l'autonomie de la Guadeloupe pour tenter d'apaiser les esprits.

Pour tenter de mettre fin aux violences, le ministre des Outre-mer a fait une annonce inattendue. "D'après certains élus, la Guadeloupe pourrait mieux se gérer d'elle-même. Le gouvernement est prêt à en parler", a déclaré Sébastien Lecornu vendredi 26 novembre. Concrètement, l'autonomie pourrait concerner l'éducation, le social ou la santé. L'ancien président de la région ne dit pas non, mais s'interroge sur les modalités. "Faut-il que la présidence soit confiée à un élu local ? Quelles sont les dotations ? Il y a de vraies questions à poser", a réagi le sénateur PS de Guadeloupe, Victorin Lurel.

Autonomie refusée en 2003

La Polynésie française bénéficie de ce statut depuis 1984. En Guadeloupe, les revendications sont plus sociales qu'institutionnelles. En 2003, consultés par référendum, les Guadeloupéens s'étaient prononcés majoritairement contre un projet de large autonomie. "Certes, c'est important d'ouvrir ce débat, mais pour l'instant, la priorité immédiate, c'est la question de la vaccination", a commenté un responsable syndical des pompiers à l'origine de la grève générale. La manifestation prévue samedi matin a été maintenue.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.