Les taxis manifestent à Marseille après des incidents avec Uber : "On demande au préfet et aux services de l'État de répondre de manière ferme"

Des chauffeurs de taxis manifestent vendredi à l'aéroport Marseille-Provence. Ils se disent victimes de violences et de dégradations de la part de chauffeurs de VTC.

Un taxi, le 30 novembre 2016, à Montpellier. (Photo d\'illustration) 
Un taxi, le 30 novembre 2016, à Montpellier. (Photo d'illustration)  (ALEX BAILLAUD / MAXPPP)

Plusieurs dizaines de chauffeurs taxis filtrent depuis la matinée, vendredi 26 mai, les accès à l'aéroport Marseille-Provence à Marignane. Ils dénoncent les dégradations qu'ils disent avoir subi de la part des chauffeurs de VTC, mercredi dernier. "On demande au préfet et aux services de l'Etat de répondre de manière ferme sur ces exactions", a expliqué, à France Bleu Provence, Eric Bouclon, le représentant des taxis marseillais. "On veut que M. Nunez (le préfet de police des Bouches-du-Rhône) vienne nous rencontrer pour nous expliquer ce qu'il va mettre en place pour éviter ce genre de chose qui, à mon avis, n'est pas tolérable dans une démocratie."

"Des dégradations sur les voitures"

La colère des chauffeurs de taxis fait suite à des incidents qui ont eu lieu mercredi 24 mai, entre des taxis et des chauffeurs Uber. "Une bande d'individus a fait irruption sur la station, a molesté les chauffeurs et a commis des dégradations sur les voitures, raconte Eric Bouclon à France Bleu Provence. La police a dû intervenir pour les disperser. Ensuite, ils sont partis à la Gare Aix-TGV. Et là, ils ont refait la même. Ont bousculé les chauffeurs de taxis, crevé les pneus et rayé les véhicules sans raison aucune." 

Le représentant des taxis marseillais reconnaît qu'il y a un différend qui les oppose "au niveau règlementaire entre l'application Uber et les artisans taxis."