L'aérogare Orly-Ouest bloqué pendant trois heures après l'agression d'un chauffeur de taxi

L'altercation s'était produite jeudi après-midi à l'un des barrages filtrants organisés par les taxis pour empêcher l'accès à certains véhicules de transport avec chauffeur (VTC).

Des taxis parisiens à l\'aéroport d\'Orly (Val-de-Marne), le 15 décembre 2014.
Des taxis parisiens à l'aéroport d'Orly (Val-de-Marne), le 15 décembre 2014. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

La tension entre les artisans taxis et les véhicules de transport avec chauffeur (VTC) ne retombe pas. L'aérogare d'Orly-Ouest a été bloquée pendant trois heures par des chauffeurs de taxi, jeudi 7 janvier en début de soirée. Ils étaient en colère après l'agression d'un des leurs par un chauffeur de VTC.

"A partir de 18h30, des taxis ont bloqué aux véhicules l'accès à l'aérogare Ouest" de l'aéroport parisien "suite à l'agression d'un chauffeur qui a été blessé par un conducteur de VTC, a indiqué une source au sein de la police. Le blocage a été levé à 21h30 à l'appel des syndicats."

L'altercation s'était produite dans l'après-midi à l'un des barrages filtrants organisés par les taxis pour empêcher l'accès à certains VTC.

"Opérations anti-racolage"

"Depuis le 23 décembre, nous organisons des opérations anti-racolage pour orienter les clients vers les vrais taxis et des barrages filtrants pour empêcher l'accès des faux VTC, qui ne viennent pas sur commande", a expliqué Mahecor Diouf, secrétaire général du syndicat SUD taxis. "Depuis des mois, on alerte le préfet et Aéroports de Paris mais on n'est pas écouté, donc on a décidé de marquer le coup" avec ce blocage, a-t-il poursuivi. 

"La réglementation sur le transport particulier de personnes n'est pas respectée, les contrôles insuffisants et les sanctions non appliquées", dénonce dans un communiqué l'intersyndicale nationale du taxi. Les chauffeurs de taxi ont d'ailleurs appelé à une nouvelle mobilisation nationale à partir du 26 janvier.