Grève des routiers : comment est perçu le mouvement ?

Des blocages ont eu lieu à Marseille ce mardi 17 mai. France 2 s'intéresse à l'accueil de ce durcissement du mouvement chez les usagers.

France 2
Plusieurs centaines de camions à l'arrêt bloqués par une poignée de syndicalistes. Dès sept heures ce mardi 17 mai au matin, des représentants de Force ouvrière ont investi ce rond-point, paralysant la zone industrielle de Fos-sur-Mer près de Marseille. Mais tous les chauffeurs ne sont pas en grève, loin de là. "Je vois pas pourquoi on m'empêche de passer. Je veux juste continuer mon chemin pour travailler", se plaint un chauffeur routier non gréviste.

Sept heures de barrage filtrant

Une possible baisse de rémunération des heures supplémentaires inquiète les salariés. Mais difficile pour les grévistes de mobiliser en nombre. "Un quart de ma paye c'est des heures supp. Si on me les enlève, ça va pas être cher payé. Mais je suis en CDD, je suis pas embauché. Si je fais grève, avec mon patron, je sais pas si ça va le faire", explique un jeu chauffeur-routier qui ne fait pas grève. Le barrage filtrant laisse passer les voitures, sauf quelques automobilistes malencontreusement pris au piège entre les camions. Après sept heures d'attente, le barrage a été levé en début d'après-midi. Un nouveau blocage est d'ores et déjà prévu jeudi.
Le JT
Les autres sujets du JT