Disparues de Perpignan : Jacques Rançon avoue un second meurtre

L'homme interpellé en octobre 2014 a avoué le meurtre de Marie-Hélène Gonzales en 1998. France 3 revient sur cette affaire.

France 3

Ce mardi 9 juin, Jacques Rançon est à nouveau passé aux aveux. Le quinquagénaire a avoué le meurtre de Marie-Hélène Gonzales en 1998 dans le quartier de la gare de Perpignan.

En octobre 2014, il était interpellé et reconnaissait un premier meurtre : celui de Mokhtaria Chaïb, en 1997. Comme Marie-Hélène Gonzales un an plus tard, la jeune femme avait été retrouvée morte, le corps mutilé. Toutes deux ont été tuées de nuit, dans le quartier de la gare de Perpignan.

Un troisième cas ?

Au moment de l'interpellation de Jacques Rançon, les familles des victimes confiaient leur espoir de voir ces meurtres élucidés. "Depuis 16 ans qu'on attend ce jour-là... J'espère qu'on arrivera à quelque chose", déclarait à France 3 Concepcion Gonzales, la mère de Marie-Hélène.

Jacques Rançon a déjà effectué plusieurs années de prison pour agressions sexuelles. L'enquête se porte désormais sur un troisième cas : celui de Tatiana Andujar, cette lycéenne disparue il y a 20 ans dans le quartier. Son corps n'a jamais été retrouvé.

Le JT
Les autres sujets du JT
Photo non datée de Dominique Rançon, le suspect arrêté dans l\'affaire des disparues de Perpignan et qui a avoué le meurtre d\'une des trois jeunes femmes.
Photo non datée de Dominique Rançon, le suspect arrêté dans l'affaire des disparues de Perpignan et qui a avoué le meurtre d'une des trois jeunes femmes. ( FRANCE 2)