Cordes-sur-Ciel : le maire dénonce la réforme territoriale

Paul Quilès ne veut pas de la réforme territoriale qui impose de regrouper les villages de moins de cinq mille habitants d'ici 2017.

Voir la vidéo
FRANCE 3

C'est l'un des plus beaux villages de France. Cordes-sur-Ciel (Tarn), c'est un million de touristes par an. Il fait partie d'une communauté de communes de 4 800 habitants, et c'est bien là le problème pour son président Paul Quilès. La réforme territoriale prévoit de fusionner les communautés de communes de moins de cinq mille personnes. Une hérésie pour l'ancien ministre.

Une mesure polémique

"On nous dit qu'à 4999 vous ne pouvez pas fonctionner, mais à 5001 vous pouvez. On voit bien qu'on est là dans une absurdité", s'indigne le Président de la Communauté de communes du Cordais et du Causse. Pour les habitants de Cordes, il faudra prendre en compte les différences de chaque territoire. Une décision qui satisfait la commune voisine de Cormaux, cité minière. Il s'agit de mutualiser les moyens et de faire des économies d'échelle. En attendant la décision du préfet, Paul Quilès se désole du décalage entre la loi et la réalité. Si le plan est validé, le nouveau schéma prendra effet le 1er janvier 2017.

Le JT
Les autres sujets du JT