Etudiants étrangers : Guéant doit revoir sa copie

Après le tollé suscité par le texte, une nouvelle version devrait être présentée au début de l'année.

Claude Guéant, le 14 décembre 2011, à Paris.
Claude Guéant, le 14 décembre 2011, à Paris. (BERTRAND GUAY / AFP)

Face à la controverse, Claude Guéant va devoir revoir sa copie. Sa circulaire sur le droit de travail des étudiants étrangers sera remaniée et un nouveau texte devrait être présenté début 2012.

La circulaire contestée demande aux préfets d'examiner "avec rigueur" les demandes d'autorisation de travail des étudiants, et d'exercer un "contrôle approfondi" des demandes de changement de statut des étudiants étrangers.

Sarkozy intervient

Après sa publication, de nombreux diplômés étrangers, dont certains très qualifiés, qui avaient été recrutés dans des entreprises françaises, n'ont pas pu obtenir un changement de statut – d'étudiant à salarié. De quoi inquiéter les universités, les grandes écoles mais aussi le Medef.

Resté jusqu'à présent à l'écart de la polémique, Nicolas Sarkozy a rencontré vendredi matin à Claude Guéant pour un rendez-vous spécifiquement consacré à cette question. 

Aucune indication n'a pu être immédiatement obtenue sur les échanges entre le ministre de l'Intérieur et le président. Mais cette circulaire semblait contredire le principe d'"immigration choisie" vanté par le candidat Sarkozy en 2007, puisqu'elle prive la France de compétences de haut niveau, qui plus est, formées dans ses propres universités et grandes écoles.

"On s'est plantés" 

De fait, cette circulaire avait semé le trouble au sein même de la majorité et du gouvernement. Charles Givadinovitch, secrétaire national de l'UMP chargé de la lutte contre la précarité et la pauvreté, avait ainsi demandé à Claude Guéant de la supprimer. Le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand avait indiqué jeudi qu'il avait "un problème" avec ce texte. Samedi dernier, le ministre de l'Enseignement supérieur, Laurent Wauquiez, avait lui estimé que les membres la majorité s'étaient "plantés".

"Je note qu'il y a des malentendus, des interrogations, et je suis résolu à avoir une concertation approfondie avec les parties prenantes", a déclaré jeudi Claude Guéant sur Europe 1.

"Nous voulons participer à la concertation et nous allons demander à être reçus par Claude Guéant car nous pensons qu'il est loin d'imaginer les cas d'étudiants qui, sur le terrain, essuient des refus", a réagi Hajer Georgi, porte-parole du Collectif du 31 mai qui s'oppose depuis le début à la circulaire. Mercredi, le président de la Conférence des présidents d'universités, Louis Vogel, a écrit à M. Wauquiez, pour constituer avec son ministère et ceux du Travail et de l'Intérieur un "groupe de travail" sur le sujet.