À l'hôpital Saint-Antoine à Paris, où la chirurgie ambulatoire est de plus en plus présente

La chirurgie ambulatoire, dès qu'elle est possible, s'impose de plus en plus dans les hôpitaux. L'objectif est qu'elle représente 45% des actes de chirurgie à l'horizon 2019.

FRANCE 2

Une équipe de France 2 s'est rendue à l'hôpital Saint-Antoine, à Paris, où la chirurgie ambulatoire est de plus en plus présente. Cette pratique consiste à opérer un patient dans la journée et à le renvoyer chez lui dans la journée. Georges Ducrocq va y subir l'ablation de la vésicule biliaire. L'opération durera 50 minutes et s'effectuera sous anesthésie générale. "Il est arrivé le matin, il reste au réveil trois, quatre heures après la chirurgie et il rentre directement à son domicile", explique le docteur Jérémie Lefèvre, chirurgien viscéral à l'hôpital Saint-Antoine.

L'opération est facturée environ 2 500 euros. Le prix est le même en chirurgie classique. L'économie se fait sur la nuit que le patient ne passera pas à l'hôpital. Celle-ci coûte entre 600 et 1 300 euros. "L'économie, elle est réalisée en ce sens qu'on va pouvoir prendre en charge un autre patient, au cours d'une hospitalisation classique, grâce au lit qui a été libéré et qui avant était pris par un malade opéré d'une hernie ou pour une vésicule", poursuit le chirurgien.

Un rythme d'opérations effréné

L'hôpital réalise également des économies avec un rythme très intense d'opérations. Ici, les patients se succèdent sur la table d'opération qui ne reste pas vide plus de 10 minutes en moyenne. Le suivi médical du patient sera assuré par téléphone. À l'hôpital Saint-Antoine, ce sont les patients les plus fragiles qui sont pris en charge en chirurgie classique. Mais même dans ce cas, la durée des séjours postopératoires a été réduite.

Le JT
Les autres sujets du JT