Santé : développer la chirurgie ambulatoire

a revoir

Présenté parMarie Drucker

Diffusé le 25/04/2014Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

C'est le montant sans précédent que la ministre des Affaires sociales M. Touraine a annoncé, concernant le budget de la sécurité sociale. En ligne de mire notamment: le prix des médicaments mais aussi la gestion des hôpitaux publics. Certains établissements développent déjà la chirurgie ambulatoire.

A 73 ans, Marcel va subir une lourde opération, une prothèse du genoux. Il a peine à croire que dans quelques heures, il sera dehors.

Incroyable, espérons que ça marche.

Cette clinique accueille en moyenne 30 patients par jour en chirurgie ambulatoire, sans hospitalisation.

Souvent, ils signent déjà la sortie. Ils sont contents de partir avant de signer l'entrée.

Cette opération nécessite en moyenne 9 jours d'hospitalisation. Marcel passera huit heures dans cette clinique.

Ce sont des économies en terme de structure.

Il a fallu trouver de nouvelles techniques contre la douleur, et pour que le patient se remette plus vite.

Un mélange d'anesthésique local avec un anti-inflammatoire. Une anesthésie locale permet une douleur zéro pendant 48 heures, le patient peut donc marcher normalement.

Après l'opération, Marcel a envie de rentrer chez lui.

Je vais me promener un peu. Les escaliers, j'ai le droit.

Vous devez faire les escaliers, c'est le début de la rééducation. Plus vite on rentre chez soi et on est actif, et moins on a de risques de complications. Or les complications coûtent très cher à la collectivité. C'est l'argument principal.

Une chirurgie efficace et économique, encore peu pratiquée en France.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==