Cet article date de plus de huit ans.

14-Juillet : des ONG dénoncent "un défilé néocolonial"

Ces associations critiquent la présence de soldats maliens et de Tchadiens ayant combattu au Mali, sur les Champs-Elysées, dimanche.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'ancien président du Mali, Amadou Toumani Toure, (au centre), chassé du pouvoir en 2012, assiste au défilé sur les Champs-Elysées, le 14 juillet 2013 à Paris. (ERIC FEFERBERG / AFP)

"Un défilé néocolonial". Le défilé militaire du 14-Juillet à Paris, auquel participeront dimanche des soldats maliens et des Tchadiens ayant combattu au Mali, est critiqué par des ONG, jeudi 11 juillet. "Ce défilé donne un parfum de victoire à une opération militaire qui est loin de pouvoir être présentée ainsi étant donné les nombreuses zones d'ombre qui l'entourent et l'incertitude qui demeurent sur son issue", estiment ces associations.

Le défilé précédera de deux semaines l'élection présidentielle au Mali, prévue le 28 juillet à la demande insistante de la France, "alors que les conditions d'organisation (...) sont bien loin d'être réunies", souligne l'ONG Survie. Elle dénonce "le rôle autoproclamé de gendarme de l'Afrique que la France s'est octroyé".

Quant au mouvement Sortir du colonialisme, il "voit dans ce défilé du 14 juillet une relégitimation de l'ordre colonial, à travers la mise en scène d'une armée française intervenant en Afrique, de troupes africaines lavées de tout soupçon d'exactions, et plus globalement d'une Françafrique qui a adopté un nouveau look tout en restant dans le giron de l'Elysée, de l'Etat-major et des entreprises françaises".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.