Feuilleton 4/5 : "Les virtuoses du ciel" : spectacle et concentration

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 23/05/2013Durée : 00h50

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Elise Lucet : Merci Jennifer.

Notre feuilleton : depuis le début de la semaine, nous suivons les as du ciel de la Patrouille de France. On a assisté a l'élaboration du spectacle qui va marquer le 60e anniversaire de l'institution. La patrouille doit obtenir le feu vert du chef d'Etat-major de l'armée de l'air pour que ce ballet aérien soit enfin présenté au public.

Muré dans sa concentration, le commandant emmène sa patrouillle pour le grand examen final. En quittant le sol, il sait que durant 20 minutes, chaque trajectoire, chaque figure, de chaque Alpha Jet, sera scruté sans indulgence par les généraux. L'homme qui décidera du sort de la Patrouille 2013 c'est le chef d'état-major de l'armée de l'Air en personne. Musique.

Au sol, le directeur et l'officier de communication ne doivent pas non plus trébucher au micro. Ce sont eux qui commenteront les meetings publics. Ils ont écrit leurs textes et choisi les musiques. Pour le coeur, la figure musicale est imposée : La chanson d'amour de l'Evangile cinématographique des pilotes, ‘Top Gun", bien sûr. Musique de ‘Top Gun.

En atterrissant, les pilotes savent qu'ils ont fait un sans-faute. Toute l'équipe se congratule.

Je valide toutes ces présentations, je les trouve très belles. Cela dit, si j'avais trouvé un problème, on aurait redemande des vols d'entraînement. Pour moi, c'est un engagement très fort.

C'est dans la salle de détente que les pilotes vont célébrer leur victoire. Un lieu intime où la pression retombe, où les hommes se confient plus.

On ne fait les interviews qu'après les vols. On ne risque pas non plus notre vie à chaque fois qu'on fait une erreur. Il y a des petites erreurs de fumée sans grand danger. On n'est pas des fous volants. Mais on doit toujours être concentré.

Les pilotes sont prêts et autorisés à effectuer leur premier meeting public. Changement de lieu, de météo et presque d'époque. Bienvenue au plus célèbre meeting aérien d'avions de collection. Ici, avions allemands et américains de la Seconde Guerre mondiale cohabitent pacifiquement. Ils ne Iésinent pas sur les moyens. La Patrouille de France est attendue comme le clou du spectacle. Les anciens sont déjà dans la place. Bertrand Boileau est un vétéran de la Patrouille de France. Il a gardé la passion des acrobaties et la rigueur de préparation.

Pendant les 30 min précédant le décollage, on s'isole pour se retrouver et penser à ce qu'on va faire. Le vol est toujours très délicat.

Au décollage, Bertrand Boileau encaisse la force centrifuge qui le cloue au siège. Il a beau avoir quitté l‘Alpha Jet pour un biplan à hélice, ses acrobaties sont aussi ébouriffantes. Comme cette vrille, impossible a réaliser avec un avion a réaction. Les spectateurs sont émerveillés par les voltiges de l'ex-pilote de chasse et de son coéquipier.

Quand on rentre, il faut une demi-heure pour récupérer.

Le public attend le feu d'artifice final. Dans les coulisses, les artistes se préparent.

Dans quelques instants, le premier passage public de la Patrouille de France 2013.

"Les virtuoses du ciel", un feuilleton signe Loïc de la Mornais, Matthias Second, Juliette Cohen-Olivieri et Yves Rullières.

Le JT
Les autres sujets du JT