Feuilleton 4/5 :

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 01/05/2014Durée : 00h50

Véronique Fauchet est guide du patrimoine.

On voit se dessiner les contreforts du fort du château.

Elle connaît l'histoire de la cité par coeur.

D'ici, on voit bien la silhouette de la Collégiale de Briançon, dont la construction est liée à celle des fortifications. Une grande église assise sur le rempart.

L'architecte de Louis XIV métamorphose la ville entière. D'emblée, il est effrayé par les reliefs qui font de Briançon une place trop facile à prendre.

A l'égard de la campagne, il n'y a rien de plus inégal. Des montagnes qui touchent aux nues, et des vallées qui descendent aux abîmes.

On est au coeur de la construction.

C'est dans le palais de justice que les visiteurs mesurent le travail de l'architecte.

On voit les fortifications de Vauban qui enveloppent la ville, avec la partie haute en étoile.

Pour protéger la ville encastrée, Vauban place six forts sur les hauteurs.

Le fort des Têtes est le plus grand de cette barrière XVllle. En superficie : une fois et demie la ville haute.

Voir toutes ces vallées qui convergent sur Briançon, et pouvoir se protéger, c'est assez impressionnant.

C'était visionnaire d'imaginer ça il y a 300 ans. Fabriquer aussi, c'était courageux.

Le fort des Trois Têtes, la place centrale du système de défense, à 1.450 m d'altitude. Voici le gardien des clefs. D'ici, on peut surveiller l'assaillant, tout en étant protégé par les forts alentour.

Le fort des Salettes, ici, pourra tirer vers le fort des Trois Têtes, qui le défend en lui-même, comme le château va couvrir le fort qui va couvrir la ville.

Depuis des années, ces bâtisses sont inoccupées. En 2009, quand l'armée quitte Briançon, la cité fortifiée se trouve à l'abandon.

Le départ de l'armée n'a pas été simple, car la ville est restée ville de garnison plus de 300 ans, entre 1692 et 2009. La tradition militaire ici date de Vauban, on naît, on vit et on meurt au son du clairon.

La plupart des forts sont aujourd'hui vides. A une exception près: le fort Dauphin. Ses nouveaux habitants, ce sont eux. 35 chiens de traîneau.

Ils sont comme chez eux! Pas dérangés par les voitures ni par les voisins. Et ils dérangent personne ! Les nuits fraîches, même l'été, c'est très bien pour eux.

A terme, en plus des balades a chiens de traîneau, cet éleveur aimerait transformer ce fort en un musée du chien polaire. Mais il faut beaucoup d'argent pour reconvertir un monument classé. Depuis 2008, Briançon, chef d'oeuvre de la fortification de montagne, fait partie du patrimoine mondial de l'Unesco.

"L'héritage de Vauban", un feuilleton signé Julie Beckrich, Benjamin Poulain, Thierry Mongella et Juliette Cohen. Suite et fin demain. Nous irons à l'île de Ré.

Ligue des champions: pour la première fois, deux clubs de la même ville vont s'affronter en finale, le Real Madrid et l'Atlético Madrid. L'Atlético n'a fait qu'une bouchée hier de Chelsea :3 buts à 1. Le match du 24 mai va enflammer la capitale espagnole.

Triste anniversaire pour les passionnés de Formule 1. Il y a 20 ans, Ayrton Senna mourait au volant de son bolide sur le circuit d'Imola en Italie. Une cérémonie s'est déroulée ce matin sur place pour lui rendre hommage. La disparition de ce pilote laisse un grand vide, notamment au Brésil.

Un pilote hors norme, une star planétaire.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==