Festivals d'été : difficultés économiques

a revoir

Diffusé le 13/07/2013Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Coup d'envoi des Francofolies de La Rochelle. Les concerts ont démarre hier soir avec Patrick Bruel et Cali notamment. La fête dure jusqu'à mardi. Les festivals, cette année, ont du mal à faire le plein. C'est le cas des Vieilles Charues. Les Français font des arbitrages, et les festivals ne sont pas épargnés.

Dans quelques jours, on montera les plateaux et gradins. Cette prairie deviendra, pendant 4 jours, la plus grande scène de France. Le directeur général a en tête les réservations. Il attend "le break".

C'est le point d'équilibre entre les dépenses et recettes attendues Il est détermine par le nombre de festivaliers. Cette année, ce sera autour de 170.000 entrées payantes. Si on en a moins, on perdra de l'argent.

20.000 spectateurs de moins, c'est 1 million d'euros de perdu. Comme le cachet des artistes a doublé en 4 ans, on joue gros. 80% du budget des Vieilles Charrues sont assurés par les billets et consommations. Le reste, ce sont les entreprises. Avec la crise, il a fallu trouver des solutions.

On est dans l'espace des VIP. Il y a 3 à 4.000 personnes parjour, qui vivent le festival différemment. Certains viennent faire des affaires.

Des lieux VIP comme sur le Tour de France pour augmenter les recettes. Mais on fait aussi des économies.

Les tables sont prêtées par le club de foot de Guingamp. Les chaises viennent d'une salle de spectacle. Il n'y a plus de petites économies.

Bonne nouvelle, les bénévoles ne manquent pas : il y en a 5.000.

On est bénévoles à la signalétique. Moi, ça fait plus de 10 ans.

Ça m'occupe et on a des places gratuites.

Elton John ne viendra pas, pour raison de santé. En tête d'affiche, Neil Young, Benjamin Biolay et le groupe Phoenix.

C'est un petit coin de paradis au large du Morbihan.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==