Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Ecole incendiée à Corbeil-Essonnes : "Une volonté de faire des dégâts"

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Loubna Anaki, Clément Le Goff, Guillaume Michel / France 2
Article rédigé par
France Télévisions

Une voiture bélier en flammes a été projetée, dans la nuit de dimanche à lundi, contre une école maternelle de Corbeil-Essonnes (Essonne). Un autre établissement et une médiathèque ont déjà été visés la semaine dernière dans cette commune.

De la voiture-bélier, il ne reste qu'une carcasse calcinée. Elle a été projetée dans la nuit de dimanche à lundi 20 octobre contre une école maternelle de Corbeil-Essonnes (Essonne), provoquant un incendie. 

"Le bâtiment a été noirci" mais personne n'a été blessé, a expliqué la police, précisant que l'établissement était inoccupé au moment de l'incendie et que "le sol du premier étage s'est effondré". Fermée pendant les vacances, l'école devait servir de centre de loisirs. Devant le portail d'entrée, quelques heures après le sinistre, les parents étaient sous le choc. "C'est malheureux et c'est honteux", confie une mère dont l'enfant est scolarisé dans l'établissement. 

Des méthodes bien rodées

"Ce sont des méthodes bien rodées, explique Claude Carillo, du syndicat de Police Alliance. On [les malfaiteurs] vient à 5 heures du matin, on projette un véhicule, on vient habiller de couleur sombre. Il y a vraiment une volonté de faire des dégâts." 

Ce type d'attaque n'est pas une première dans cette commune. Une école neuve et une médiathèque sont déjà parties en fumée dans le quartier sensible des Tarterêts, dans la nuit du dimanche 5 au lundi 6 octobre. Officiellement, aucun lien n'a été établi entre ces incendies. Mais pour certains habitants, ainsi que pour l'opposition municipale, il pourrait s'agir de règlements de comptes sur fond d'affaire politique. L'ancien maire Serge Dassault et l'actuel édile Jean-Pierre Bechter sont tous les deux mis en examen dans une affaire d'achats présumés de votes. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.